bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Vingt mille lieues sous les mers, 1

cette tombe de corail, et fasse le ciel que, mes compagnons et moi, nous n'en ayons jamais d'autre ! »

XX. LE DÉTROIT DE TORRÈS

Pendant la nuit du 27 au 28 décembre, le Nautilus abandonna les parages de Vanikoro avec une
vitesse excessive. Sa direction était sud-ouest, et, en trois jours, il franchit les sept cent cinquante lieues

qui séparent le groupe de La Pérouse de la pointe sud-est de la Papouasie.

Le ler janvier 1863, de grand matin, Conseil me rejoignit sur la plate-forme.

« Monsieur, me dit ce brave garçon, monsieur me permettra-t-il de lui souhaiter une bonne année ?

Comment donc, Conseil, mais exactement comme si j'étais à Paris, dans mon cabinet du Jardin des
Plantes. J'accepte tes voeux et je t'en remercie. Seulement, je te demanderai ce que tu entends par « une

bonne année », dans les circonstances où nous nous trouvons. Est-ce l'année qui amènera la fin de notre

emprisonnement, ou l'année qui verra se continuer cet étrange voyage ?

Ma foi, répondit Conseil, je ne sais trop que dire à monsieur. Il est certain que nous voyons de curieuses
choses, et que, depuis deux mois, nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer. La dernière merveille

est toujours la plus étonnante, et si cette progression se maintient, je ne sais pas comment cela finira.

M'est avis que nous ne retrouverons jamais une occasion semblable.

Jamais, Conseil.

En outre, monsieur Nemo, qui justifie bien son nom latin, n'est pas plus gênant que s'il n'existait pas.

Comme tu le dis, Conseil.

Je pense donc, n'en déplaise à monsieur, qu'une bonne année serait une année qui nous permettrait de tout
voir...

De tout voir, Conseil ? Ce serait peut-être long. Mais qu'en pense Ned Land ?

Ned Land pense exactement le contraire de moi, répondit Conseil. C'est un esprit positif et un estomac
impérieux. Regarder les poissons et toujours en manger ne lui suffit pas. Le manque de vin, de pain, de

viande, cela ne convient guère à un digne Saxon auquel les beefsteaks sont familiers, et que le brandy ou

le gin, pris dans une proportion modérée, n'effrayent guère !

Pour mon compte, Conseil, ce n'est point là ce qui me tourmente, et je m'accommode très bien du régime
du bord.

Moi de même, répondit Conseil. Aussi je pense autant à rester que maître Land à prendre la fuite. Donc,
si l'année qui commence n'est pas bonne pour moi, elle le sera pour lui, et réciproquement. De cette

façon, il y aura toujours quelqu'un de satisfait. Enfin, pour conclure, je souhaite à monsieur ce qui fera

plaisir à monsieur.

Merci, Conseil. Seulement je te demanderai de remettre à plus tard la question des étrennes, et de les
remplacer provisoirement par une bonne poignée de main. Je n'ai que cela sur moi.

Monsieur n'a jamais été si généreux », répondit Conseil.

Et là-dessus, le brave garçon s'en alla.

< page précédente | 94 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.