bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Vingt mille lieues sous les mers, 1

sans doute par l'éclatant foyer de lumière électrique.

Subitement, le jour se fit dans le salon. Les panneaux de tôle se refermèrent. L'enchanteresse vision
disparut. Mais longtemps, je rêvai encore, jusqu'au moment où mes regards se fixèrent sur les

instruments suspendus aux parois. La boussole montrait toujours la direction au nord-nord-est, le

manomètre indiquait une pression de cinq atmosphères correspondant à une profondeur de cinquante

mètres, et le loch électrique donnait une marche de quinze milles à l'heure.

J'attendais le capitaine Nemo. Mais il ne parut pas. L'horloge marquait cinq heures.

Ned Land et Conseil retournèrent à leur cabine. Moi, je regagnai ma chambre. Mon dîner s'y trouvait
préparé. Il se composait d'une soupe à la tortue faite des carets les plus délicats, d'un surmulet à chair

blanche. un peu feuilletée, dont le foie préparé à part fit un manger délicieux, et de filets de cette viande

de l'holocante empereur, dont la saveur me parut supérieure à celle du saumon.

Je passai la soirée à lire, à écrire, à penser. Puis, le sommeil me gagnant, je m'étendis sur ma couche de
zostère, et je m'endormis profondément, pendant que le Nautilus se glissait à travers le rapide

courant du Fleuve Noir.

XV. UNE INVITATION PAR LETTRE

Le lendemain, 9 novembre, je ne me réveillai qu'après un long sommeil de douze heures. Conseil vint,
suivant son habitude, savoir « comment monsieur avait passé la nuit ». et lui offrir ses services. Il avait

laissé son ami le Canadien dormant comme un homme qui n'aurait fait que cela toute sa vie.

Je laissai le brave garçon babiller à sa fantaisie, sans trop lui répondre. J'étais préoccupé de l'absence du
capitaine Nemo pendant notre séance de la veille, et j'espérais le revoir aujourd'hui.

Bientôt j'eus revêtu mes vêtements de byssus. Leur nature provoqua plus d'une fois les réflexions de
Conseil. Je lui appris qu'ils étaient fabriqués avec les filaments lustrés et soyeux qui rattachent aux

rochers les « jambonneaux », sortes de coquilles très abondantes sur les rivages de la Méditerranée.

Autrefois, on en faisait de belles étoffes, des bas, des gants, car ils étaient à la fois très moelleux et très

chauds. L'équipage du Nautilus pouvait donc se vêtir à bon compte, sans rien demander ni aux

cotonniers, ni aux moutons, ni aux vers à soie de la terre.

Lorsque je fus habillé, je me rendis au grand salon. Il était désert.

Je me plongeai dans l'étude de ces trésors de conchyliologie, entassés sous les vitrines. Je fouillai aussi
de vastes herbiers, emplis des plantes marines les plus rares, et qui, quoique desséchées, conservaient

leurs admirables couleurs. Parmi ces précieuses hydrophytes, je remarquai des cladostèphes verticillées,

des padines-paon, des caulerpes à feuilles de vigne, des callithamnes granifères, de délicates céramies à

teintes écarlates, des agares disposées en éventails, des acétabules, semblables à des chapeaux de

champignons très déprimés, et qui furent longtemps classées parmi les zoophytes, enfin toute une série

de varechs.

La journée entière se passa, sans que je fusse honoré de la visite du capitaine Nemo. Les panneaux du
salon ne s'ouvrirent pas. Peut-être ne voulait-on pas nous blaser sur ces belles choses.

La direction du Nautilus se maintint à l'est-nord-est, sa vitesse à douze milles, sa profondeur
entre cinquante et soixante mètres.

< page précédente | 69 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.