bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Vingt mille lieues sous les mers, 1

doute l'initiale du nom de l'énigmatique personnage qui commandait au fond des mers !

Ned et Conseil ne faisaient pas tant de réflexions. Ils dévoraient, et je ne tardai pas à les imiter. J'étais,
d'ailleurs, rassuré sur notre sort, et il me paraissait évident que nos hôtes ne voulaient pas nous laisser

mourir d'inanition.

Cependant, tout finit ici-bas, tout passe, même la faim de gens qui n'ont pas mangé depuis quinze heures.
Notre appétit satisfait, le besoin de sommeil se fit impérieusement sentir. Réaction bien naturelle, après

l'interminable nuit pendant laquelle nous avions lutté contre la mort.

« Ma foi, je dormirais bien, dit Conseil.

Et moi, je dors ! » répondit Ned Land.

Mes deux compagnons s'étendirent sur le tapis de la cabine, et furent bientôt plongés dans un profond
sommeil.

Pour mon compte, je cédai moins facilement à ce violent besoin de dormir. Trop de pensées
s'accumulaient dans mon esprit, trop de questions insolubles s'y pressaient, trop d'images tenaient mes

paupières entr'ouvertes ! Où étions-nous ? Quelle étrange puissance nous emportait ? Je sentais - ou

plutôt je croyais sentir - l'appareil s'enfoncer vers les couches les plus reculées de la mer. De violents

cauchemars m'obsédaient. J'entrevoyais dans ces mystérieux asiles tout un monde d'animaux inconnus,

dont ce bateau sous-marin semblait être le congénère, vivant, se mouvant, formidable comme eux !...

Puis, mon cerveau se calma, mon imagination se fondit en une vague somnolence, et je tombai bientôt

dans un morne sommeil.

IX. LES COLÈRES DE NED LAND

Quelle fut la durée de ce sommeil, je l'ignore ; mais il dut être long, car il nous reposa complètement de
nos fatigues. Je me réveillai le premier. Mes compagnons n'avaient pas encore bougé, et demeuraient

étendus dans leur coin comme des masses inertes.

A peine relevé de cette couche passablement dure, je sentis mon cerveau dégagé, mon esprit net. Je
recommençai alors un examen attentif de notre cellule.

Rien n'était changé à ses dispositions intérieures. La prison était restée prison, et les prisonniers,
prisonniers. Cependant le stewart, profitant de notre sommeil, avait desservi la table. Rien n'indiquait

donc une modification prochaine dans cette situation, et je me demandai sérieusement si nous étions

destinés à vivre indéfiniment dans cette cage.

Cette perspective me sembla d'autant plus pénible que, si mon cerveau était libre de ses obsessions de la
veille, je me sentais la poitrine singulièrement oppressée. Ma respiration se faisait difficilement. L'air

lourd ne suffisait plus au jeu de mes poumons. Bien que la cellule fût vaste, il était évident que nous

avions consommé en grande partie l'oxygène qu'elle contenait. En effet, chaque homme dépense en une

heure, l'oxygène renfermé dans cent litres d'air et cet air, chargé alors d'une quantité presque égale

d'acide carbonique, devient irrespirable.

Il était donc urgent de renouveler l'atmosphère de notre prison, et, sans doute aussi, L'atmosphère du
bateau sous-marin.

Là se posait une question à mon esprit. Comment procédait le commandant de cette demeure flottante ?

< page précédente | 37 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.