bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Robur le Conquerant

petite hauteur, pendant que ses propulseurs l'entraînaient loin de l'orage, qu'il ne tarda pas à dépasser.

Inutile de dire que Frycollin avait pris un bain forcé,

- pendant quelques secondes seulement. Lorsqu'il fut ramené à bord, il était mouillé comme s'il eût
plongé jusqu'au fond des mers. On le croira sans peine, il ne criait plus.

Le lendemain, 4 juillet, l'Albatros avait franchi la limite septentrionale de la Caspienne.

XI. Dans lequel la colère de Uncle Prudent croît comme le carré de la vitesse.

Si jamais Uncle Prudent et Phil Evans durent renoncer à tout espoir de s'échapper, ce fut bien pendant les
cinquante heures qui suivirent. Robur redoutait-il que la garde de ses prisonniers fût moins facile durant

cette traversée de l'Europe? C'est possible. Il savait, d'ailleurs, qu'ils étaient décidés à tout pour s'enfuir.

Quoi qu'il en soit, toute tentative eût alors été un suicide. Que l'on saute d'un express, marchant avec une
vitesse de cent kilomètres à l'heure, ce n'est peut-être que risquer sa vie, mais, d'un rapide, lancé à raison

de deux cents kilomètres, ce serait vouloir la mort.

Or, c'est précisément cette vitesse - le maximum dont il pût disposer - qui fut imprimée à
l'Albatros. Elle dépassait le vol de l'hirondelle, soit cent quatre-vingts kilomètres à l'heure.

Depuis quelque temps, on a dû le remarquer, les vents du nord-est dominaient avec une persistance très
favorable à la direction de l' Albatros, puisqu'il marchait dans le même sens, c'est-à-dire d'une

façon générale vers l'ouest. Mais, ces vents commençant à se calmer, il devint bientôt impossible de se

tenir sur la plate-forme, sans avoir la respiration coupée par la rapidité du déplacement. Les deux

collègues, à un certain moment, eussent même été jetés par-dessus le bord, s'ils n'avaient été acculés

contre leur roufle par la pression de l'air.

Heureusement, à travers les hublots de sa cage, le timonier les aperçut, et une sonnerie électrique prévint
les hommes, renfermés dans le poste de l'avant.

Quatre d'entre eux se glissèrent aussitôt vers l'arrière, en rampant sur la plate-forme.

Que ceux qui se sont trouvés en mer sur un navire debout au vent, pendant quelque tempête, rappellent
leur souvenir, et ils comprendront ce que devait être la violence d'une pareille pression. Seulement, ici,

c'était l'Albatros qui la créait par son incomparable vitesse.

En somme, il fallut ralentir la marche - ce qui permit à Uncle Prudent et à Phil Evans de regagner leur
cabine. A l'intérieur de ses roufles, ainsi que l'avait dit l'ingénieur, l'Albatros emportait avec lui

une atmosphère parfaitement respirable.

Mais quelle solidité avait donc cet appareil, pour qu'il pût résister à un pareil déplacement! C'était
prodigieux. Quant aux propulseurs de l'avant et de l'arrière, on ne les voyait même plus tourner. C'était

avec une infinie puissance de pénétration qu'ils se vissaient dans la couche d'air.

La dernière ville, observée du bord, avait été Astrakan, située presque à l'extrémité nord de la Caspienne.

L'Etoile du Désert - sans doute quelque poète russe l'a appelée ainsi - est maintenant descendue de la
première à la cinquième ou sixième grandeur. Ce simple chef-lieu de gouvernement avait un instant

montré ses vieilles murailles couronnées de créneaux inutiles, ses antiques tours au centre de la cité, ses

mosquées contiguës à des églises de style moderne, sa cathédrale dont les cinq dômes, dorés et semés

< page précédente | 62 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.