bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Robur le Conquerant

« Encore moins ne peut-on avoir oublié que cet engin, dont la vitesse initiale au sortir de la bouche du
canon-monstre avait été mal calculée, fut emporté avec une rapidité supérieure à seize fois celle des

projectiles ordinaires - Soit cent cinquante lieues à l'heure -' qu'il n'est plus retombé sur la terre, et que,

passé à l'état de bolide, il circule et doit éternellement circuler autour de notre globe.

« Pourquoi ne serait-ce pas le corps en question dont l'existence ne peut être niée? »

Fort ingénieux, l'abonné du New York Herald. Et la trompette?... Il n'y avait pas de trompette dans le
projectile de Herr Schultze!

Donc, toutes ces explications n'expliquaient rien, tous ces observateurs observaient mal.

Restait toujours l'hypothèse proposée par le directeur de Zi-Ka-Wey. Mais l'opinion d'un Chinois!...

Il ne faudrait pas croire que la satiété finît par s'emparer du public de l'Ancien et du Nouveau Monde.
Non! les discussions continuèrent de plus belle, sans qu'on parvînt à se mettre d'accord. Et, cependant, il

y eut un temps d'arrêt. Quelques jours s'écoulèrent sans que l'objet, bolide ou autre, fût signalé, sans que

nul bruit de trompette se fit entendre dans les airs. Le corps était-il donc tombé sur un point du globe où

il eût été difficile de retrouver sa trace - en mer, par exemple? Gisait-il dans les profondeurs de

l'Atlantique, du Pacifique, de l'océan Indien? Comment se prononcer à cet égard?

Mais alors, entre le 2 et le 9 juin, une série de faits nouveaux se produisirent, dont l'explication eût été
impossible par la seule existence d'un phénomène cosmique.

En huit jours, les Hambourgeois, à la pointe de la tour Saint-Michel, les Turcs, au plus haut minaret de
Sainte-Sophie, les Rouennais, au bout de la flèche métallique de leur cathédrale, les Strasbourgeois, à

l'extrémité du Munster, les Américains, sur la tête de leur statue de la Liberté, à l'entrée de l'Hudson, et,

au faîte du monument de Washington, à Boston, les Chinois, au Sommet du temple des

Cinq-Cents-Génies, à Canton, les Indous, au seizième étage de la pyramide du temple de Tanjour, les

San-Pietrini, à la croix de Saint-Pierre de Rome, les Anglais, à la croix de Saint-Paul de Londres, les

Egyptiens, à l'angle aigu de la Grande Pyramide de Gizèh, les Parisiens, au paratonnerre de la Tour en fer

de l'Exposition de 1889, haute de trois cents mètres, purent apercevoir un pavillon qui flottait sur chacun

de ces points difficilement accessibles.

Et ce pavillon, c'était une étamine noire, semée d'étoiles, avec un soleil d'or à son centre.

II. Dans lequel les membres du Weldon-Institute se disputent sans parvenir à se mettre
d'accord.

« Et le premier qui dira le contraire...

- Vraiment!... Mais on le dira, s'il y a lieu de le dire!

- Et en dépit de vos menaces!...

- Prenez garde à vos paroles, Bat Fyn!

- Et aux vôtres, Uncle Prudent!

Je soutiens que l'hélice ne doit pas être à l'arrière!

- Nous aussi!... Nous aussi!... répondirent cinquante voix, confondues dans un commun accord.

< page précédente | 6 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.