bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Robur le Conquerant

VI. Les ingénieurs, les mécaniciens et autres savants feraient peut-être bien de passer.

« A quelle époque l'homme cessera-t-il de ramper dans les bas-fonds pour vivre dans l'azur et la paix du
ciel? »

A cette demande de Camille Flammarion, la réponse est facile : ce sera à l'époque où les progrès de la
mécanique auront permis de résoudre le problème de l'aviation. Et, depuis quelques années - on le

prévoyait - une utilisation plus pratique de l'électricité devait conduire à la solution du problème.

En 1783, bien avant que les frères Montgolfier eussent construit la première montgolfière, et le physicien
Charles son premier ballon, quelques esprits aventureux avalent rêvé la conquête de l'espace au moyen

d'appareils mécaniques. Les premiers inventeurs n'avaient donc pas songé aux appareils plus légers que

l'air - ce que la physique de leur temps n'eût point permis d'imaginer. C'était aux appareils plus lourds

que lui, aux machines volantes, faites à l'imitation de l'oiseau, qu'ils demandaient de réaliser la

locomotion aérienne.

C'est précisément ce qu'avait fait ce fou d'Icare, fils de Dédale, dont les ailes, attachées avec de la cire,
tombèrent aux approches du soleil.

Mais, sans remonter jusqu'aux temps mythologiques, parler d'Archytas de Tarente, on trouve déjà dans
les travaux de Dante de Pérouse, de Léonard de Vinci, de Guidotti, l'idée de machines destinées à se

mouvoir au milieu de l'atmosphère. Deux siècles et demi après, les inventeurs commencent à se

multiplier. En 1742, le marquis de Bacqueville fabrique un système d'ailes, l'essaie au-dessus de la Seine

et se casse le bras en tombant. En 1768, Paucton conçoit la disposition d'un appareil à deux hélices

suspensive et propulsive. En 1781, Meerwein, architecte du prince de Bade, construit une machine à

mouvement orthoptérique, et proteste contre la direction des aérostats qui venaient d'être inventés. En

1784, Launoy et Bienvenu font manuvrer un hélicoptère, mu par des ressorts. En 1808, essais de vol par

l'Autrichien Jacques Degen. En 1810, brochure de Deniau, de Nantes, où les principes du « Plus lourd

que l'air » sont posés. Puis, de 1811 à 1840, études et inventions de Berblinger, de Vignal, de Sarti, de

Dubochet, de Cagniard de Latour. En 1842, on trouve l'Anglais Henson avec son système de plans

inclinés et d'hélices actionnées par la vapeur; en 1845, Cossus et son appareil à hélices ascensionnelles;

en 1847, Camille Vert et son hélicoptère à ailes de plumes; en 1852, Letur avec son système de parachute

dirigeable, dont l'expérience lui coûta la vie; en la même année, Michel Loup avec son plan de

glissement muni de quatre ailes tournantes; en 1853, Béléguic et son aéroplane mu par des hélices de

traction, Vaussin-Chardannes avec son cerf-volant libre dirigeable, Georges Cauley avec ses plans de

machines volantes, pourvues d'un moteur à gaz. De 1854 à 1863, apparaissent Joseph Pline, breveté pour

plusieurs systèmes aériens, Bréant, Carlingford, Le Bris, Du Temple, Bright, dont les hélices

ascensionnelles tournent en sens inverse, Smythies, Panafieu, Crosnier, etc. Enfin, en 1863, grâce aux

efforts de Nadar, une Société du Plus lourd que l'air est fondée à Paris. Là les inventeurs font

expérimenter des machines dont quelques-unes sont déjà brevetées : de Ponton d'Amécourt et son

hélicoptère à vapeur, de la Landelle et son système à combinaisons d'hélices avec plans inclinés et

parachutes, de Louvrié et son aéroscaphe, d'Esterno et son oiseau mécanique, de Groof et son appareil à

ailes mues par des leviers. L'élan était donné, les inventeurs inventent, les calculateurs calculent tout ce

qui doit rendre pratique la locomotion aérienne. Bourcart, Le Bris, Kaufmann, Smyth, Stringfellow,

Prigent, Danjard, Pomès et de la Pauze, Moy, Pénaud, Jobert, Hureau de Villeneuve, Achenbach,

Garapon, Duchesne, Danduran, Parisel, Dieuaide, Melkisff, Forlanini, Brearey, Tatin, Dandrieux,

Edison, les uns avec des ailes ou des hélices, les autres avec des plans inclinés, imaginent, créent,

< page précédente | 29 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.