bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Robur le Conquerant

Cabot! Vous n'êtes pas des Américains, citoyens ballonistes! Vous n'êtes que des cabo... »

A ce moment, quatre ou cinq coups de feu éclatèrent, tirés dans le vide. Ils ne blessèrent personne. Au
milieu de la fumée, l'ingénieur disparut, et, quand elle se fut dissipée, on ne trouva plus sa trace.

Robur-le-Conquérant s'était envolé, comme si quelque appareil d'aviation l'eût emporté dans les airs.

IV. Dans lequel, à propos du valet Frycollin, l'auteur essaie de réhabiliter la lune.

Certes, et plus d'une fois déjà, à la suite de discussions orageuses, au sortir de leurs séances, les membres
du Weldon-Institute avaient rempli de clameurs Walnut-Street et les rues adjacentes. Plus d'une fois, les

habitants de ce quartier s'étaient justement plaints de ces bruyantes queues de discussions qui les

troublaient jusque dans leurs domiciles. Plus d'une fois, enfin, les policemen avaient dû intervenir pour

assurer la circulation des passants, la plupart très indifférents à cette question de la navigation aérienne.

Mais, avant cette soirée, jamais ce tumulte n'avait pris de telles proportions, jamais les plaintes n'eussent

été plus fondées, jamais l'intervention des policemen plus nécessaire.

Toutefois les membres du Weldon-Institute étaient quelque peu excusables. On n'avait pas craint de venir
les attaquer jusque chez eux. A ces enragés du « Plus léger que l'air » un non moins enragé du « Plus

lourd » avait dit des choses absolument désagréables. Puis, au moment où on allait le traiter comme il le

méritait, il s'était éclipsé.

Or, cela criait vengeance. Pour laisser de telles injures impunies, il ne faudrait pas avoir du sang
américain dans les veines! Des fils d'Améric traités de fils de Cabot! N'était-ce pas une insulte, d'autant

plus impardonnable qu'elle tombait juste, - historiquement?

Les membres du club se jetèrent donc par groupes divers dans Walnut-street, puis au milieu des rues
voisines, puis à travers tout le quartier. Ils réveillèrent les habitants. Ils les obligèrent à laisser fouiller

leurs maisons, quitte à les indemniser, plus tard, du tort fait à la vie privée de chacun, laquelle est

particulièrement respectée chez les peuples d'origine anglo-saxonne. Vain déploiement de tracasseries et

de recherches. Robur ne fut aperçu nulle part. Aucune trace de lui. Il serait parti dans le Go a

head
, le ballon du Weldon-Institute, qu'il n'aurait pas été plus introuvable. Après une heure de
perquisitions, il fallut y renoncer, et les collègues se séparèrent, non sans s'être juré d'étendre leurs

recherches à tout le territoire de cette double Amérique qui forme le Nouveau Continent.

Vers onze heures, le calme était à peu près rétabli dans le quartier. Philadelphie allait pouvoir se
replonger dans ce bon sommeil, dont les cités, qui ont le bonheur de n'être point industrielles, ont

l'enviable privilège. Les divers membres du club ne songèrent plus qu'à regagner chacun son chez-soi.

Pour n'en nommer que quelques-uns des plus marquants, William T. Forbes se dirigea du côté de sa

grande chiffonnière à sucre, où Miss Doll et Miss Mat lui avaient préparé le thé du soir, sucré avec sa

propre glucose. Truk Milnor prit le chemin de sa fabrique, dont la pompe à feu haletait jour et nuit dans

le plus reculé des faubourgs. Le trésorier Jem Cip, publiquement accusé d'avoir un pied de plus

d'intestins que n'en comporte la machine humaine, regagna la salle à manger où l'attendait son souper

végétal.

Deux des plus importants ballonistes - deux seulement - ne paraissaient pas songer à réintégrer de sitôt
leur domicile. Ils avaient profité de l'occasion pour causer avec plus d'acrimonie encore. C'étaient les

irréconciliables Uncle Prudent et Phil Evans, le président et le secrétaire du Weldon-Institut.

A la porte du club, le valet Frycollin attendait Uncle Prudent, son maître.

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.