bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Tribulations d'un Chinois en Chine

Ainsi il passa par Tien-Tsin, que défendent un mur de circonvallation et deux forts, grande cité de quatre
cent mille habitants, dont le large port, formé par la jonction du Peï-ho et du canal Impérial, fait, en

important des cotonnades de Manchester, des lainages, des cuivres, des fers, des allumettes allemandes,

du bois de santal, etc., et en exportant des jujubes, des feuilles de nénuphar, du tabac de Tartarie, etc.,

pour cent soixante-dix millions d'affaires. Mais Kin-Fo ne songea même pas à visiter, dans cette curieuse

Tien-Tsin, la célèbre pagode des supplices infernaux; il ne parcourut pas, dans le faubourg de l'Est, les

amusantes rues des Lanternes et des Vieux-Habits; il ne déjeuna pas au restaurant de «l'Harmonie et de

l'Amitié», tenu par le musulman Léou-Lao-Ki, dont les vins sont renommés, quoi qu'en puisse penser

Mahomet; il ne déposa pas sa grande carte rouge - et pour cause - au palais de Li-Tchong-Tang, vice-roi

de la province depuis 1870, membre du Conseil privé, membre du Conseil de l'Empire, et qui porte, avec

la veste jaune, le titre de Fei-Tzé-Chao-Pao.

Non! Kin-Fo, toujours brouetté, Soun toujours brouettant, traversèrent les quais où s'étageaient des
montagnes de sacs de sel; ils dépassèrent les faubourgs; les concessions anglaise et américaine, le champ

de courses, la campagne couverte de sorgho, d'orge, de sésame, de vignes, les jardins maraîchers, riches

de légumes et de fruits, les plaines d'où partaient par milliers des lièvres, des perdrix, des cailles, que

chassaient le faucon, l'émerillon et le hobereau. Tous quatre suivirent la route dallée de vingt-quatre

lieues qui conduit à Péking, entre les arbres d'essences variées et les grands roseaux du fleuve, et ils

arrivèrent ainsi à Tong-Tchéou, sains et saufs, Kin-Fo valant toujours deux cent mille dollars, Craig-Fry

solides comme au début du voyage, Soun poussif, éclopé, fourbu des deux jambes, et n'ayant plus que

trois pouces de queue au sommet du crâne!

On était au 19 juin. Le délai accordé à Wang n'expirait que dans sept jours!

Où était Wang?

XIII. DANS LEQUEL ON ENTEND LA CÉLÈBRE COMPLAINTE DES «CINQ VEILLES DU
CENTENAIRE»

«Messieurs, dit Kin-Fo à ses deux gardes du corps, lorsque la brouette s'arrêta à l'entrée du faubourg de
Tong-Tchéou, nous ne sommes plus qu'à quarante lis de Péking, et mon intention est de m'arrêter ici

jusqu'au moment où la convention, passée entre Wang et moi, aura cessé de droit. Dans cette ville de

quatre cent mille âmes, il me sera facile de demeurer inconnu, si Soun n'oublie pas qu'il est au service de

Ki-Nan, simple négociant de la province de Chen-Si.»

Non assurément, Soun ne l'oublierait plus! Sa maladresse lui avait valu de faire pendant ces huit derniers
jours un métier de cheval et il espérait bien que M. Kin-Fo...

«Ki..., fit Craig.

- Nan!» ajouta Fry.

... ne le détournerait plus de ses fonctions habituelles. Et maintenant, attendu l'état de fatigue où il était, il
ne demandait qu'une permission à M. Kin-Fo...

«Ki.... fit Craig.

- Nan!» répéta Fry.

... la permission de dormir pendant quarante-huit heures au moins sans débrider ou plutôt tout à fait

< page précédente | 60 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.