bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Tribulations d'un Chinois en Chine

- Ce ne le sera pas moins de la mienne.

- J'ai ta parole?

- Tu l'as.

- Donc, avant le 25 juin au plus tard, j'aurai vécu?...

- Je ne sais si tu auras vécu dans le sens où tu l'entends, répondit gravement le philosophe, mais, à coup
sûr, tu seras mort!

- Merci et adieu, Wang.

- Adieu, Kin-Fo.»

Et, là-dessus, Kin-Fo quitta tranquillement la chambre du philosophe.

IX. DONT LA CONCLUSION, QUELQUE SINGULIÈRE QU'ELLE SOIT, NE SURPRENDRA
PEUT-ÊTRE PAS LE LECTEUR

«Eh bien, Craig-Fry? disait le lendemain l'honorable William J. Bidulph aux deux agents qu'il avait
spécialement chargés de surveiller le nouveau client de la Centenaire.

- Eh bien, répondit Craig, nous l'avons suivi hier pendant toute une longue promenade qu'il a faite dans la
campagne de Shang- Haï...

- Et il n'avait certainement point l'air d'un homme qui songe à se tuer, ajouta Fry.

- La nuit était venue, nous l'avons escorté jusqu'à sa porte...

- Que nous n'avons pu malheureusement franchir.

- Et ce matin? demanda William J. Bidulph.

- Nous avons appris, répondit Craig, qu'il se portait...

- Comme le pont de Palikao», ajouta Fry.

Les agents Craig et Fry, deux Américains pur sang, deux cousins au service de la Centenaire, ne
formaient absolument qu'un être en deux personnes. Impossible d'être plus complètement identifiés l'un à

l'autre, au point que celui-ci finissait invariablement les phrases que celui-là commençait, et

réciproquement. Même cerveau, mêmes pensées, même coeur, même estomac, même manière d'agir en

tout. Quatre mains, quatre bras, quatre jambes à deux corps fusionnés. En un mot, deux frères Siamois,

dont un audacieux chirurgien aurait tranché la suture.

«Ainsi, demanda William J. Bidulph, vous n'avez pas encore pu pénétrer dans la maison?

- Pas.... dit Craig.

- Encore, dit Fry.

- Ce sera difficile, répondit l'agent principal. Il le faudra pourtant. Il s'agit pour la Centenaire, non
seulement de gagner une prime énorme, mais aussi de ne pas perdre deux cent mille dollars! Donc, deux

mois de surveillance et peut-être plus, si notre nouveau client renouvelle sa police!

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.