bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Enfants du Capitaine Grant

de son oreille la poitrine de ce corps inanimé.

Jamais plus terrible cri de joie ne s'échappa de lèvres humaines, qu'à ce moment où Glenarvan se releva
en répétant:

«Il vit! Il vit encore!»

En un instant, Robert fut dépouillé de ses vêtements, et sa figure baignée d'eau fraîche. Il fit un
mouvement, il ouvrit les yeux, il regarda, il prononça quelques paroles, et ce fut pour dire:

«Ah! vous, mylord... Mon père!...»

Glenarvan ne put répondre; l'émotion l'étouffait, et, s'agenouillant, il pleura près de cet enfant si
miraculeusement sauvé.

Chapitre XV. L'espagnol de Jacques Paganel

Après l'immense danger auquel il venait d'échapper, Robert en courut un autre, non moins grand, celui
d'être dévoré de caresses. Quoiqu'il fût bien faible encore, pas un de ces braves gens ne résista au désir de

le presser sur son coeur. Il faut croire que ces bonnes étreintes ne sont pas fatales aux malades, car

l'enfant n'en mourut pas. Au contraire.

Mais après le sauvé, on pensa au sauveur, et ce fut naturellement le major qui eut l'idée de regarder
autour de lui. À cinquante pas du rio, un homme d'une stature très élevée se tenait immobile sur

un des premiers échelons de la montagne. Un long fusil reposait à ses pieds. Cet homme, subitement

apparu, avait les épaules larges, les cheveux longs et rattachés avec des cordons de cuir. Sa taille

dépassait six pieds. Sa figure bronzée était rouge entre les yeux et la bouche, noire à la paupière

inférieure, et blanche au front. Vêtu à la façon des patagons des frontières, l'indigène portait un splendide

manteau décoré d'arabesques rouges, fait avec le dessous du cou et des jambes d'un guanaque, cousu de

tendons d'autruche, et dont la laine soyeuse était retournée à l'extérieur. Sous son manteau s'appliquait un

vêtement de peau de renard serré à la taille, et qui par devant se terminait en pointe. À sa ceinture pendait

un petit sac renfermant les couleurs qui lui servaient à peindre son visage. Ses bottes étaient formées d'un

morceau de cuir de boeuf, et fixées à la cheville par des courroies croisées régulièrement.

La figure de ce patagon était superbe et dénotait une réelle intelligence, malgré le ba_rio_lage qui la
décorait. Il attendait dans une pose pleine de dignité. À le voir immobile et grave sur son piédestal de

rochers, on l'eût pris pour la statue du sang- froid.

Le major, dès qu'il l'eut aperçu, le montra à Glenarvan, qui courut à lui. Le patagon fit deux pas en avant.
Glenarvan prit sa main et la serra dans les siennes. Il y avait dans le regard du lord, dans

l'épanouissement de sa figure, dans toute sa physionomie un tel sentiment de reconnaissance, une telle

expression de gratitude, que l'indigène ne put s'y tromper. Il inclina doucement la tête, et prononça

quelques paroles que ni le major ni son ami ne purent comprendre.

Alors, le patagon, après avoir regardé attentivement les étrangers, changea de langage; mais, quoi qu'il
fît, ce nouvel idiome ne fut pas plus compris que le premier. Cependant, certaines expressions dont se

servit l'indigène frappèrent Glenarvan. Elles lui parurent appartenir à la langue espagnole, dont il

connaissait quelques mots usuels.

«_Espanol?_» dit-il.

< page précédente | 69 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.