bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Enfants du Capitaine Grant

pas impunément contre des fatigues de ce genre. Bientôt les chutes devinrent fréquentes, et ceux qui
tombaient n'avançaient qu'en se traînant sur les genoux.

Or, l'épuisement allait mettre un terme à cette ascension trop prolongée, et Glenarvan ne considérait pas
sans terreur l'immensité des neiges, le froid dont elles imprégnaient cette région funeste, l'ombre qui

montait vers ces cimes désolées, le défaut d'abri pour la nuit, quand le major l'arrêta, et d'un ton calme:

«Une hutte», dit-il.

Chapitre XIII. Descente de la cordillère

Tout autre que Mac Nabbs eût passé cent fois à côté, autour, au-dessus même de cette hutte, sans en
soupçonner l'existence. Une extumescence du tapis de neige la distinguait à peine des rocs environnants.

Il fallut la déblayer. Après une demi-heure d'un travail opiniâtre, Wilson et Mulrady eurent dégagé

l'entrée de la «_casucha_». Et la petite troupe s'y blottit avec empressement.

Cette casucha, construite par les indiens, était faite «d'adobes», espèce de briques cuites au soleil;
elle avait la forme d'un cube de douze pieds sur chaque face, et se dressait au sommet d'un bloc de

basalte. Un escalier de pierre conduisait à la porte, seule ouverture de la cahute, et, quelque étroite qu'elle

fût, les ouragans, la neige ou la grêle, savaient bien s'y frayer un passage, lorsque les temporales les

déchaînaient dans la montagne.

Dix personnes pouvaient aisément y tenir place, et si ses murs n'eussent pas été suffisamment étanches
dans la saison des pluies, à cette époque du moins ils garantissaient à peu près contre un froid intense que

le thermomètre portait à dix degrés au-dessous de zéro. D'ailleurs, une sorte de foyer avec tuyau de

briques fort mal rejointoyées permettait d'allumer du feu et de combattre efficacement la température

extérieure.

«Voilà un gîte suffisant, dit Glenarvan, s'il n'est pas confortable. La providence nous y a conduits, et nous
ne pouvons faire moins que de l'en remercier.

- Comment donc, répondit Paganel, mais c'est un palais! Il n'y manque que des factionnaires et des
courtisans. Nous serons admirablement ici.

- Surtout quand un bon feu flambera dans l'âtre, dit Tom Austin, car si nous avons faim nous n'avons pas
moins froid, il me semble, et, pour ma part, un bon fagot me réjouirait plus qu'une tranche de venaison.

- Eh bien, Tom, répondit Paganel, on tâchera de trouver du combustible.

- Du combustible au sommet des cordillères! dit Mulrady en secouant la tête d'un air de doute.

- Puisqu'on a fait une cheminée dans cette casucha, répondit le major, c'est probablement parce
qu'on trouve ici quelque chose à brûler.

- Notre ami Mac Nabbs a raison, dit Glenarvan; disposez tout pour le souper; je vais aller faire le métier
de bûcheron.

- Je vous accompagne avec Wilson, répondit Paganel.

- Si vous avez besoin de moi?... Dit Robert en se levant.

- Non, repose-toi, mon brave garçon, répondit Glenarvan. Tu seras un homme à l'âge où d'autres ne sont

< page précédente | 58 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.