bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Enfants du Capitaine Grant

salmis. Une grande quantité de chèvres furent entrevues au sommet des plateaux élevés.

Quant aux chats sauvages, fiers, hardis et robustes, redoutables aux chiens eux-mêmes, ils pullulaient et
promettaient de faire un jour des bêtes féroces très distinguées.

À huit heures, tout le monde était de retour à bord, et, dans la nuit, le Duncan quittait l'île Tristan
d'Acunha, qu'il ne devait plus revoir.

Chapitre III. L'île Amsterdam

L'intention de John Mangles était d'aller faire du charbon au cap Espérance. Il dut donc s'écarter un peu
du trente-septième parallèle et remonter de deux degrés vers le nord. Le Duncan se trouvait

au-dessous de la zone des vents alizés et rencontra de grandes brises de l'ouest très favorables à sa

marche. En moins de six jours, il franchit les treize cents milles qui séparent Tristan d'Acunha de la

pointe africaine. Le 24 novembre, à trois heures du soir, on eut connaissance de la montagne de la Table,

et un peu plus tard John releva la montagne des Signaux, qui marque l'entrée de la baie. Il y donna vers

huit heures, et jeta l'ancre dans le port du Cap-Town.

Paganel, en sa qualité de membre de la société de géographie, ne pouvait ignorer que l'extrémité de
l'Afrique fut entrevue pour la première fois en 1486 par l'amiral portugais Barthélemy Diaz, et doublée

seulement en 1497 par le célèbre Vasco De Gama. Et comment Paganel l'aurait-il ignoré, puisque

Camoëns chanta dans ses lusiades la gloire du grand navigateur? Mais à ce propos il fit une

remarque curieuse: c'est que si Diaz, en 1486, six ans avant le premier voyage de Christophe Colomb, eût

doublé le cap de Bonne-Espérance, la découverte de l'Amérique aurait pu être indéfiniment retardée. En

effet, la route du cap était la plus courte et la plus directe pour aller aux Indes orientales. Or, en

s'enfonçant vers l'ouest, que cherchait le grand marin génois, sinon à abréger les voyages au pays des

épices?

Donc, le cap une fois doublé, son expédition demeurait sans but, et il ne l'eût probablement pas
entreprise.

La ville du Cap, située au fond de Cap-Bay, fut fondée en 1652 par le hollandais Van Riebeck.

C'était la capitale d'une importante colonie, qui devint décidément anglaise après les traités de 1815. Les
passagers du Duncan profitèrent de leur relâche pour la visiter.

Ils n'avaient que douze heures à dépenser en promenade, car un jour suffisait au capitaine John pour
renouveler ses approvisionnements, et il voulait repartir le 26, dès le matin.

Il n'en fallut pas davantage, d'ailleurs, pour parcourir les cases régulières de cet échiquier qui s'appelle
Cap-Town, sur lequel trente mille habitants, les uns blancs et les autres noirs, jouent le rôle de rois, de

reines, de cavaliers, de pions, de fous peut- être. C'est ainsi, du moins, que s'exprima Paganel. Quand on

a vu le château qui s'élève au sud-est de la ville, la maison et le jardin du gouvernement, la bourse, le

musée, la croix de pierre plantée par Barthélemy Diaz au temps de sa découverte, et lorsqu'on a bu un

verre de pontai, le premier cru des vins de Constance, il ne reste plus qu'à partir. C'est ce que firent les

voyageurs, le lendemain, au lever du jour. Le Duncan appareilla sous son foc, sa trinquette, sa

misaine, son hunier, et quelques heures après il doublait ce fameux cap des Tempêtes, auquel l'optimiste

roi de Portugal, Jean II, donna fort maladroitement le nom de Bonne-Espérance.

Deux mille neuf cents milles à franchir entre le Cap et l'île Amsterdam, par une belle mer, et sous une

< page précédente | 153 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.