bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Enfants du Capitaine Grant

- Faites, Mac Nabbs.

- Quelles que soient les garanties de succès que nous offre l'Australie, ne serait-il pas à propos de
relâcher un jour ou deux aux îles Tristan d'Acunha et Amsterdam? Elles sont situées sur notre parcours,

et ne s'éloignent aucunement de notre route. Nous saurons alors si le Britannia n'y a pas laissé

trace de son naufrage.

- L'incrédule major, s'écria Paganel, il y tient!

- Je tiens surtout à ne pas revenir sur nos pas, si l'Australie, par hasard, ne réalise pas les espérances
qu'elle fait concevoir.

- La précaution me paraît bonne, répondit Glenarvan.

- Et ce n'est pas moi qui vous dissuaderai de la prendre, répliqua Paganel. Au contraire.

- Alors, John, dit Glenarvan, faites mettre le cap sur Tristan d'Acunha.

- À l'instant, votre honneur», répondit le capitaine, et il remonta sur le pont, tandis que Robert et Mary
Grant adressaient les plus vives paroles de reconnaissance à lord Glenarvan.

Bientôt le Duncan, s'éloignant de la côte américaine et courant dans l'est, fendit de sa rapide
étrave les flots de l'océan Atlantique.

Chapitre II. Tristan d'Acunha

Si le yacht eût suivi la ligne de l'équateur, les cent quatre-vingt-seize degrés qui séparent l'Australie de
l'Amérique, ou pour mieux dire, le cap Bernouilli du cap Corrientes, auraient valu onze mille sept cent

soixante milles géographiques.

Mais, sur le trente-septième parallèle, ces cent quatre-vingt- seize degrés, par suite de la forme du globe,
ne représentent que neuf mille quatre cent quatre-vingts milles. De la côte américaine à Tristan d'Acunha,

on compte deux mille cent milles, distance que John Mangles espérait franchir en dix jours, si les vents

d'est ne retardaient pas la marche du yacht. Or, il eut précisément lieu d'être satisfait, car vers le soir la

brise calmit sensiblement, puis changea, et le Duncan put déployer sur une mer tranquille toutes

ses incomparables qualités.

Les passagers avaient repris le jour même leurs habitudes du bord. Il ne semblait pas qu'ils eussent quitté
le navire pendant un mois. Après les eaux du Pacifique, les eaux de l'Atlantique s'étendaient sous leurs

yeux, et, à quelques nuances près, tous les flots se ressemblent. Les éléments, après les avoir si

terriblement éprouvés, unissaient maintenant leurs efforts pour les favoriser. L'océan était paisible, le

vent soufflait du bon côté, et tout le jeu de voiles, tendu sous les brises de l'ouest, vint en aide à

l'infatigable vapeur emmagasinée dans la chaudière.

Cette rapide traversée s'accomplit donc sans accident ni incident. On attendait avec confiance la côte
australienne. Les probabilités se changeaient en certitudes. On causait du capitaine Grant comme si le

yacht allait le prendre dans un port déterminé.

Sa cabine et les cadres de ses deux compagnons furent préparés à bord. Mary Grant se plaisait à la
disposer de ses mains, à l'embellir. Elle lui avait été cédée par Mr Olbinett, qui partageait actuellement la

chambre de mistress Olbinett. Cette cabine confinait au fameux numéro six, retenu à bord du

< page précédente | 148 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.