bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Enfants du Capitaine Grant

- En attendant, répondit Glenarvan, permettez-moi, mon cher ami, de préférer à cette demeure aérienne le
sable d'un parc, le parquet d'une maison ou le pont d'un navire!

- Glenarvan, répondit Paganel, il faut accepter les choses comme elles viennent! Bonnes, tant mieux.
Mauvaises, on n'y prend garde. Je vois que vous regrettez le confortable de Malcolm-Castle!

- Non, mais...

- Je suis certain que Robert est parfaitement heureux, se hâta de dire Paganel, pour assurer au moins un
partisan à ses théories.

- Oui, Monsieur Paganel! s'écria Robert d'un ton joyeux.

- C'est de son âge, répondit Glenarvan.

- Et du mien! riposta le savant. Moins on a d'aises, moins on a de besoins. Moins on a de besoins, plus on
est heureux.

- Allons, dit le major, voilà Paganel qui va faire une sortie contre les richesses et les lambris dorés.

- Non, Mac Nabbs, répondit le savant, mais si vous le voulez bien, je vais vous raconter, à ce propos, une
petite histoire arabe qui me revient à l'esprit.

- Oui! oui! Monsieur Paganel, dit Robert.

- Et que prouvera votre histoire? demanda le major.

- Ce que prouvent toutes les histoires, mon brave compagnon.

- Pas grand'chose alors, répondit Mac Nabbs. Enfin, allez toujours, Shéhérazade, et contez-nous un de ces
contes que vous racontez si bien.

- Il y avait une fois, dit Paganel, un fils du grand Haroun-Al-Raschild qui n'était pas heureux. Il alla
consulter un vieux derviche. Le sage vieillard lui répondit que le bonheur était chose difficile à trouver en

ce monde. «cependant», ajouta-t-il, je connais un moyen infaillible de «vous procurer le bonheur. - Quel

est-il?» demanda le jeune prince. - C'est, répondit le derviche, de «mettre sur vos épaules la chemise d'un

homme «heureux!» - là-dessus, le prince embrassa le vieillard, et s'en fut à la recherche de son talisman.

Le voilà parti. Il visite toutes les capitales de la terre! Il essaye des chemises de roi, des chemises

d'empereurs, des chemises de princes, des chemises de seigneurs. Peine inutile. Il n'en est pas plus

heureux! Il endosse alors des chemises d'artistes, des chemises de guerriers, des chemises de marchands.

Pas davantage. Il fit ainsi bien du chemin sans trouver le bonheur. Enfin, désespéré d'avoir essayé tant de

chemises, il revenait fort triste, un beau jour, au palais de son père, quand il avisa dans la campagne un

brave laboureur, tout joyeux et tout chantant, qui poussait sa charrue. «Voilà pourtant un homme qui

possède le bonheur, se dit-il, ou le bonheur n'existe pas sur terre.» Il va à lui. «Bonhomme, dit-il, es-tu

heureux? - Oui! fait l'autre. - Tu ne désires rien? - Non. - Tu ne changerais pas ton sort pour celui d'un

roi? - Jamais! - Eh bien, vends-moi ta chemise! - Ma chemise! Je n'en ai point!»

Chapitre XXXV. Entre le feu et l'eau

L'histoire de Jacques Paganel eut un très grand succès. On l'applaudit fort, mais chacun garda son
opinion, et le savant obtint ce résultat ordinaire à toute discussion, celui de ne convaincre personne.

< page précédente | 130 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.