bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Les Cinq Cents Millions de la Bégum

C'était comme une invitation à monter.

« Allons donc ! Nous y voilà ! » dit tranquillement Marcel ; et il s'élança aussitôt sur l'échelle, suivi de
près par son compagnon.

XVIII L'AMANDE DU NOYAU

L'échelle d'acier s'accrochait par son dernier échelon au parquet même d'une vaste salle circulaire, sans
communication avec l'extérieur. Cette salle eût été plongée dans l'obscurité la plus complète, si une

éblouissante lumière blanchâtre n'eût filtré à travers l'épaisse vitre d'un oeil-de-boeuf, encastré au centre

de son plancher de chêne. On eût dit le disque lunaire, au moment où dans son opposition avec le soleil,

il apparaît dans toute sa pureté.

Le silence était absolu entre ces murs sourds et aveugles, qui ne pouvaient ni voir ni entendre. Les deux
jeunes gens se crurent dans l'antichambre d'un monument funéraire.

Marcel, avant d'aller se pencher sur la vitre étincelante, eut un moment d'hésitation. Il touchait à son but !
De là, il n'en pouvait douter, allait sortir l'impénétrable secret qu'il était venu chercher à Stahlstadt !

Mais son hésitation ne dura qu'un instant. Octave et lui allèrent s'agenouiller près du disque et inclinèrent
la tête de manière à pouvoir explorer dans toutes ses parties la chambre placée au-dessous d'eux.

Un spectacle aussi horrible qu'inattendu s'offrit alors à leurs regards.

Ce disque de verre, convexe sur ses deux faces, en forme de lentille, grossissait démesurément les objets
que l'on regardait à travers.

Là était le laboratoire secret de Herr Schultze. L'intense lumière qui sortait à travers le disque, comme si
c'eût été l'appareil dioptrique d'un phare, venait d'une double lampe électrique brûlant encore dans sa

cloche vide d'air, que le courant voltaïque d'une pile puissante n'avait pas cessé d'alimenter. Au milieu de

la chambre, dans cette atmosphère éblouissante, une forme humaine, énormément agrandie par la

réfraction de la lentille - quelque chose comme un des sphinx du désert libyque - , était assise dans une

immobilité de marbre.

Autour de ce spectre, des éclats d'obus jonchaient le sol.

Plus de doute !... C'était Herr Schultze, reconnaissable au rictus effrayant de sa mâchoire, à ses dents
éclatantes, mais un Herr Schultze gigantesque, que l'explosion de l'un de ses terribles engins avait à la

fois asphyxié et congelé sous l'action d'un froid terrible !

Le Roi de l'Acier était devant sa table, tenant une plume de géant, grande comme une lance, et il semblait
écrire encore ! N'eût été le regard atone de ses pupilles dilatées, l'immobilité de sa bouche, on l'aurait cru

vivant. Comme ces mammouths que l'on retrouve enfouis dans les glaçons des régions polaires, ce

cadavre était là, depuis un mois, caché à tous les yeux. Autour de lui tout était encore gelé, les réactifs

dans leurs bocaux, l'eau dans ses récipients, le mercure dans sa cuvette !

Marcel, en dépit de l'horreur de ce spectacle, eut un mouvement de satisfaction en se disant combien il
était heureux qu'il eût pu observer du dehors l'intérieur de ce laboratoire, car très certainement Octave et

lui auraient été frappés de mort en y pénétrant.

Comment donc s'était produit cet effroyable accident ?

< page précédente | 91 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.