bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Le Château des Carpathes

- Et quand je l'essuierais ? »

Frik retourna sa lunette, et, après en avoir frotté les verres avec sa manche, il la remit à son oeil.

C'était bien une fumée qui se déroulait à la pointe du donjon. Elle montait droit' dans l'air calme, et son
panache se confondait avec les hautes vapeurs.

Frik, immobile, ne parlait plus. Toute son attention se concentrait sur le burg que l'ombre ascendante
commençait à gagner au niveau du plateau d'Orgall.

Soudain, il rabaissa la lunette, et, portant la main au bissac qui pendait sous son sayon :

« Combien votre tuyau ? demanda-t-il.

- Un florin et demi [Environ 3 francs 60.] », répondit le colporteur.

Et il aurait cédé sa lunette même au prix d'un florin, pour peu que Frik eut manifesté l'intention de la
marchander. Mais le berger ne broncha pas. Visiblement sous l'empire d'une stupéfaction aussi brusque

qu'inexplicable, il plongea la main au fond de son bissac, et en retira l'argent.

« C'est pour votre compte que vous achetez cette lunette ? demanda le colporteur.

- Non... pour mon maître, le juge Koltz.

- Alors il vous remboursera...

- Oui... les deux florins qu'elle me coûte...

- Comment... les deux florins ?...

- Eh ! sans doute !... Là-dessus, bonsoir, l'ami.

- Bonsoir, pasteur. »

Et Frik, sifflant ses chiens, poussant son troupeau, remonta rapidement dans la direction de Werst.

Le juif, le regardant s'en aller, hocha la tête, comme s'il avait eu à faire à quelque fou :

Si j'avais su, murmura-t-il, je la lui aurais vendue plus cher, ma lunette ! »

Puis, quand il eut rajusté son étalage à sa ceinture et sur ses épaules, il prit la direction de Karlsburg, en
redescendant la rive droite de la Sil.

Où allait-il ? Peu importe. Il ne fait que passer dans ce récit. On ne le reverra plus.

II

Qu'il s'agisse de roches entassées par la nature aux époques géologiques, après les dernières convulsions
du sol, ou de constructions dues à la main de l'homme, sur lesquelles a passé le souffle du temps, l'aspect

est à peu près semblable, lorsqu'on les observe à quelques milles de distance. Ce qui est pierre brute et ce

qui a été pierre travaillée, tout cela se confond aisément. De loin, même couleur, mêmes linéaments,

mêmes déviations des lignes dans la perspective, même uniformité de teinte sous la patine grisâtre des

siècles.

< page précédente | 9 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.