bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Le Château des Carpathes

« Viens... viens... où je m'en vais ! gémit le docteur, qui parvint à se remettre sur ses pieds.

- Va-t'en ! » répondit Nic Deck.

Et il continua de s'élever lentement le long de la chaîne du pont-levis.

Le docteur Patak, au paroxysme de l'effroi, voulut alors regagner le raidillon de la contrescarpe, afin de
remonter jusqu'à la crête du plateau d'Orgall et de reprendre à toutesjambes le chemin de Werst...

O prodige, devant lequel s'effaçaient ceux qui avaient troublé la nuit précédente ! - voici qu'il ne peut
bouger...

Ses pieds sont retenus comme s'ils étaient saisis entre les mâchoires d'un étau... Peut-il les déplacer l'un
après l'autre ?... Non !... Ils adhèrent par les talons et les semelles de leurs bottes... Le docteur s'est-il

donc laissé prendre aux ressorts d'un piège il est trop affolé pour le reconnaître... Il semble plutôt qu'il

soit retenu par les clous de sa chaussure.

Quoi qu'il en soit, le pauvre homme est immobilisé à cette place... Il est rivé au sol... N'ayant même plus
la force de crier il tend désespérément les mains... On dirait qu'il veut s'arracher aux étreintes de quelque

tarasque, dont la gueule émerge des entrailles de la terre...

Cependant, Nic Deck était parvenu à la hauteur de la poterne et il venait de poser sa main sur l'une des
ferrures où s'emboîtait l'un des gonds du pont-levis...

Un cri de douleur lui échappa ; puis, se rejetant en arrière comme s'il eût été frappé d'un coup de foudre,
il glissa le long de la chaîne qu'un dernier instinct lui avait fait ressaisir, et roula jusqu'au fond du fossé. «

La voix avait bien dit qu'il m'arriverait malheur ! » murmura-t-il et il perdit connaissance.

VII

Comment décrire l'anxiété à laquelle était en proie le village de Werst depuis le départ du jeune forestier
et du docteur Patak ? Elle n'avait cessé de s'accroître avec les heures qui s'écoulaient et semblaient

interminables.

Maître Koltz, l'aubergiste Jonas, le magister Hermod et quelques autres n'avaient pas manqué de se tenir
en permanence sur la terrasse. Chacun d'eux s'obstinait à observer la masse lointaine du burg, à regarder

si quelque volute réapparaissait au-dessus du donjon. Aucune fumée ne se montrait - ce qui fut constaté

au moyen de la lunette invariablement braquée dans cette direction. En vérité, les deux florins employés

à l'acquisition de cet appareil, c'était de l'argent qui avait reçu un bon emploi. jamais le biró, bien

intéressé pourtant, bien regardant à sa bourse, n'avait eu moins de regret d'une dépense faite si à-propos.

A midi et demi, lorsque le berger Frik revint de la pâture, on l'interrogea avidement. Y avait-il du
nouveau, de l'extraordinaire, du surnaturel ?...

Frik répondit qu'il venait de parcourir la vallée de la Sil valaque, sans avoir rien vu de suspect,

Après le dîner, vers deux heures, chacun regagna son poste d'observation. Personne n'eût pensé à rester
chez soi, et surtout personne ne songeait à remettre le pied au Roi Mathias, où des voix

comminatoires se faisaient entendre. Que des murs aient des oreilles, passe encore, puisque c'est une

locution qui a cours dans le langage usuel... mais une bouche !...

Aussi le digne cabaretier pouvait-il craindre que son cabaret fût mis en quarantaine, et cela ne laissait pas

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.