bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

s'arrachant aux dents de Top, qui ne garda qu'un bout de son oreille, poussa un vigoureux grognement, se
précipita sur Harbert, le renversa à demi, et disparut à travers bois.

«Ah! le gueux!» s'écria Pencroff.

Aussitôt tous trois s'étaient lancés sur les traces de Top, et au moment où ils allaient le rejoindre, l'animal
disparaissait sous les eaux d'une vaste mare, ombragée par de grands pins séculaires.

Nab, Harbert, Pencroff s'étaient arrêtés, immobiles. Top s'était jeté à l'eau, mais le cabiai, caché au fond
de la mare, ne paraissait plus.

«Attendons, dit le jeune garçon, car il viendra bientôt respirer à la surface.

- Ne se noiera-t-il pas? demanda Nab.

- Non, répondit Harbert, puisqu'il a les pieds palmés, et c'est presque un amphibie. Mais guettons-le.»

Top était resté à la nage. Pencroff et ses deux compagnons allèrent occuper chacun un point de la berge,
afin de couper toute retraite au cabiai, que le chien cherchait en nageant à la surface de la mare.

Harbert ne se trompait pas. Après quelques minutes, l'animal remonta au-dessus des eaux. Top d'un bond
fut sur lui, et l'empêcha de plonger à nouveau. Un instant plus tard, le cabiai, traîné jusqu'à la berge, était

assommé d'un coup du bâton de Nab.

«Hurrah! s'écria Pencroff, qui employait volontiers ce cri de triomphe. Rien qu'un charbon ardent, et ce
rongeur sera rongé jusqu'aux os!»

Pencroff chargea le cabiai sur son épaule, et, jugeant à la hauteur du soleil qu'il devait être environ deux
heures, il donna le signal du retour.

L'instinct de Top ne fut pas inutile aux chasseurs, qui, grâce à l'intelligent animal, purent retrouver le
chemin déjà parcouru. Une demi-heure après, ils arrivaient au coude de la rivière.

Ainsi qu'il l'avait fait la première fois, Pencroff établit rapidement un train de bois, bien que, faute de feu,
cela lui semblât une besogne inutile, et, le train suivant le fil de l'eau, on revint vers les Cheminées.

Mais, le marin n'en était pas à cinquante pas qu'il s'arrêtait, poussait de nouveau un hurrah formidable, et,
tendant la main vers l'angle de la falaise:

«Harbert! Nab! Voyez!» s'écriait-il.

Une fumée s'échappait et tourbillonnait au-dessus des roches!

CHAPITRE X

Quelques instants après, les trois chasseurs se trouvaient devant un foyer pétillant. Cyrus Smith et le
reporter étaient là. Pencroff les regardait l'un et l'autre, sans mot dire, son cabiai à la main.

«Eh bien, oui, mon brave, s'écria le reporter. Du feu, du vrai feu, qui rôtira parfaitement ce magnifique
gibier dont nous nous régalerons tout à l'heure!

- Mais qui a allumé?... demanda Pencroff.

< page précédente | 53 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.