bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

Les tétras furent attachés par les pattes, et Pencroff, heureux de ne point revenir les mains vides et voyant
que le jour commençait à baisser, jugea convenable de retourner à sa demeure.

La direction à suivre était tout indiquée par celle de la rivière, dont il ne s'agissait que de redescendre le
cours, et, vers six heures, assez fatigués de leur excursion, Harbert et Pencroff rentraient aux Cheminées.

CHAPITRE VII

Gédéon Spilett, immobile, les bras croisés, était alors sur la grève, regardant la mer, dont l'horizon se
confondait dans l'est avec un gros nuage noir qui montait rapidement vers le zénith. Le vent était déjà

fort, et il fraîchissait avec le déclin du jour. Tout le ciel avait un mauvais aspect, et les premiers

symptômes d'un coup de vent se manifestaient visiblement.

Harbert entra dans les Cheminées, et Pencroff se dirigea vers le reporter. Celui-ci, très absorbé, ne le vit
pas venir.

«Nous allons avoir une mauvaise nuit, Monsieur Spilett! dit le marin. De la pluie et du vent à faire la joie
des pétrels!»

Le reporter, se retournant alors, aperçut Pencroff, et ses premières paroles furent celles-ci:

«À quelle distance de la côte la nacelle a-t-elle, selon vous, reçu ce coup de mer qui a emporté notre
compagnon?»

Le marin ne s'attendait pas à cette question. Il réfléchit un instant et répondit:

«À deux encablures, au plus.

- Mais qu'est-ce qu'une encablure? demanda Gédéon Spilett.

- Cent vingt brasses environ ou six cents pieds.

- Ainsi, dit le reporter, Cyrus Smith aurait disparu à douze cents pieds au plus du rivage?

- Environ, répondit Pencroff.

- Et son chien aussi?

- Aussi.

- Ce qui m'étonne, ajouta le reporter, en admettant que notre compagnon ait péri, c'est que Top ait
également trouvé la mort, et que ni le corps du chien, ni celui de son maître n'aient été rejetés au rivage!

- Ce n'est pas étonnant, avec une mer aussi forte, répondit le marin. D'ailleurs, il se peut que les courants
les aient portés plus loin sur la côte.

- Ainsi, c'est bien votre avis que notre compagnon a péri dans les flots? demanda encore une fois le
reporter.

- C'est mon avis.

- Mon avis, à moi, dit Gédéon Spilett, sauf ce que je dois à votre expérience, Pencroff, c'est que le double
fait de la disparition absolue de Cyrus et de Top, vivants ou morts, a quelque chose d'inexplicable et

< page précédente | 34 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.