bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

- Pourquoi pas? répondit Pencroff. - mais voici la nuit qui vient, ajouta-t-il, et je pense qu'il vaut mieux
suspendre nos recherches.

- Revenons à bord, et demain nous recommencerons», dit le reporter.

C'était le plus sage, et le conseil allait être suivi, quand Harbert, montrant une masse confuse entre les
arbres, s'écria:

«Une habitation!» aussitôt, tous trois se dirigèrent vers l'habitation indiquée. Aux lueurs du crépuscule, il
fut possible de voir qu'elle avait été construite en planches recouvertes d'une épaisse toile goudronnée.

La porte, à demi fermée, fut repoussée par Pencroff, qui entra d'un pas rapide... l'habitation était vide!

CHAPITRE XIV

Pencroff, Harbert et Gédéon Spilett étaient restés silencieux au milieu de l'obscurité.

Pencroff appela d'une voix forte. Aucune réponse ne lui fut faite.

Le marin battit alors le briquet et alluma une brindille. Cette lumière éclaira pendant un instant une petite
salle, qui parut être absolument abandonnée. Au fond était une cheminée grossière, avec quelques

cendres froides, supportant une brassée de bois sec. Pencroff y jeta la brindille enflammée, le bois pétilla

et donna une vive lueur.

Le marin et ses deux compagnons aperçurent alors un lit en désordre, dont les couvertures, humides et
jaunies, prouvaient qu'il ne servait plus depuis longtemps; dans un coin de la cheminée, deux bouilloires

couvertes de rouille et une marmite renversée; une armoire, avec quelques vêtements de marin à demi

moisis; sur la table, un couvert d'étain et une bible rongée par l'humidité; dans un angle, quelques outils,

pelle, pioche, pic, deux fusils de chasse, dont l'un était brisé; sur une planche formant étagère, un baril de

poudre encore intact, un baril de plomb et plusieurs boîtes d'amorces; le tout couvert d'une épaisse

couche de poussière, que de longues années, peut-être, avaient accumulée.

«Il n'y a personne, dit le reporter.

- Personne! répondit Pencroff.

- Voilà longtemps que cette chambre n'a été habitée, fit observer Harbert.

- Oui, bien longtemps! répondit le reporter.

- Monsieur Spilett, dit alors Pencroff, au lieu de retourner à bord, je pense qu'il vaut mieux passer la nuit
dans cette habitation.

- Vous avez raison, Pencroff, répondit Gédéon Spilett, et si son propriétaire revient, eh bien! Il ne se
plaindra peut-être pas de trouver la place prise!

- Il ne reviendra pas! dit le marin en hochant la tête.

- Vous croyez qu'il a quitté l'île? demanda le reporter.

- S'il avait quitté l'île, il eût emporté ses armes et ses outils, répondit Pencroff. Vous savez le prix que les
naufragés attachent à ces objets, qui sont les dernières épaves du naufrage. Non! non! répéta le marin

d'une voix convaincue, non! Il n'a pas quitté l'île! S'il s'était sauvé sur un canot fait par lui, il eût encore

< page précédente | 215 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.