bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

C'était la main de Gédéon Spilett, lequel lui dit:

«Un instant, maître Pencroff, on ne s'en va pas ainsi! Et le dessert que vous oubliez?

- Merci, Monsieur Spilett, répondit le marin, je retourne au travail.

- Eh bien, une tasse de café, mon ami?

- Pas davantage.

- Une pipe, alors?»

Pencroff s'était levé soudain, et sa bonne grosse figure pâlit, quand il vit le reporter qui lui présentait une
pipe toute bourrée, et Harbert, une braise ardente.

Le marin voulut articuler une parole sans pouvoir y parvenir; mais, saisissant la pipe, il la porta à ses
lèvres; puis, y appliquant la braise, il aspira coup sur coup cinq ou six gorgées. Un nuage bleuâtre et

parfumé se développa, et, des profondeurs de ce nuage, on entendit une voix délirante qui répétait:

«Du tabac! Du vrai tabac!

- Oui, Pencroff, répondit Cyrus Smith, et même de l'excellent tabac!

- Oh! Divine providence! Auteur sacré de toutes choses! s'écria le marin. Il ne manque donc plus rien à
notre île!»

Et Pencroff fumait, fumait, fumait!

«Et qui a fait cette découverte? demanda-t-il enfin. Vous, sans doute, Harbert?

- Non, Pencroff, c'est Monsieur Spilett.

- Monsieur Spilett! s'écria le marin en serrant sur sa poitrine le reporter, qui n'avait jamais subi pareille
étreinte.

- Ouf! Pencroff, répondit Gédéon Spilett, en reprenant sa respiration, un instant compromise. Faites une
part dans votre reconnaissance à Harbert qui a reconnu cette plante, à Cyrus qui l'a préparée, et à Nab qui

a eu bien de la peine à nous garder le secret!

- Eh bien, mes amis, je vous revaudrai cela quelque jour! répondit le marin. Maintenant, c'est à la vie, à la
mort!»

CHAPITRE XI

Cependant l'hiver arrivait avec ce mois de juin, qui est le décembre des zones boréales, et la grande
occupation fut la confection de vêtements chauds et solides.

Les mouflons du corral avaient été dépouillés de leur laine, et cette précieuse matière textile, il ne
s'agissait donc plus que de la transformer en étoffe.

Il va sans dire que Cyrus Smith n'ayant à sa disposition ni cardeuses, ni peigneuses, ni lisseuses, ni
étireuses, ni retordeuses, ni «mule-jenny», ni «self-acting» pour filer la laine, ni métier pour la tisser, dut

procéder d'une façon plus simple, de manière à économiser le filage et le tissage. Et, en effet, il se

< page précédente | 193 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.