bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

n'y avait plus d'échelle.

CHAPITRE VI

Cyrus Smith s'était arrêté, sans dire mot. Ses compagnons cherchèrent dans l'obscurité, aussi bien sur les
parois de la muraille, pour le cas où le vent eût déplacé l'échelle, qu'au ras du sol, pour le cas où elle se

fût détachée... mais l'échelle avait absolument disparu. Quant à reconnaître si une bourrasque l'avait

relevée jusqu'au premier palier, à mi-paroi, cela était impossible dans cette nuit profonde.

«Si c'est une plaisanterie, s'écria Pencroff, elle est mauvaise! Arriver chez soi, et ne plus trouver
d'escalier pour monter à sa chambre, cela n'est pas pour faire rire des gens fatigués!

Nab, lui, se perdait en exclamations!

«Il n'a pas pourtant fait de vent! fit observer Harbert.

- Je commence à trouver qu'il se passe des choses singulières dans l'île Lincoln! dit Pencroff.

- Singulières? répondit Gédéon Spilett, mais non, Pencroff, rien n'est plus naturel. Quelqu'un est venu
pendant notre absence, a pris possession de la demeure et a retiré l'échelle!

- Quelqu'un! s'écria le marin. Et qui donc?...

- Mais le chasseur au grain de plomb, répondit le reporter. À quoi servirait-il, si ce n'est à expliquer notre
mésaventure?

- Eh bien, s'il y a quelqu'un là-haut, répondit Pencroff en jurant, car l'impatience commençait à le gagner,
je vais le héler, et il faudra bien qu'il réponde.»

Et d'une voix de tonnerre, le marin fit entendre un «ohé!» prolongé, que les échos répercutèrent avec
force.

Les colons prêtèrent l'oreille, et ils crurent entendre à la hauteur de Granite-House une sorte de
ricanement dont ils ne purent reconnaître l'origine.

Mais aucune voix ne répondit à la voix de Pencroff, qui recommença inutilement son vigoureux appel.

Il y avait là, véritablement, de quoi stupéfier les hommes les plus indifférents du monde, et les colons ne
pouvaient être ces indifférents-là. Dans la situation où ils se trouvaient, tout incident avait sa gravité, et

certainement, depuis sept mois qu'ils habitaient l'île, aucun ne s'était présenté avec un caractère aussi

surprenant.

Quoi qu'il en soit, oubliant leurs fatigues et dominés par la singularité de l'événement, ils étaient au pied
de Granite-House, ne sachant que penser, ne sachant que faire, s'interrogeant sans pouvoir se répondre,

multipliant des hypothèses toutes plus inadmissibles les unes que les autres. Nab se lamentait, très

désappointé de ne pouvoir rentrer dans sa cuisine, d'autant plus que les provisions de voyage étaient

épuisées et qu'il n'avait aucun moyen de les renouveler en ce moment.

«Mes amis, dit alors Cyrus Smith, nous n'avons qu'une chose à faire, attendre le jour, et agir alors suivant
les circonstances. Mais pour attendre, allons aux Cheminées. Là, nous serons à l'abri, et, si nous ne

pouvons souper, du moins, nous pourrons dormir.

< page précédente | 162 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.