bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

C'était Pencroff. Il paraît que la caisse ne renfermait pas une chose à laquelle il semblait tenir
énormément, et, à mesure que les objets en étaient retirés, ses hurrahs diminuaient d'intensité, et,

l'inventaire fini, on l'entendit murmurer ces paroles:

«Tout cela, c'est bel et bon, mais vous verrez qu'il n'y aura rien pour moi dans cette boîte!»

Ce qui amena Nab à lui dire:

«Ah çà! Ami Pencroff, qu'attendais-tu donc?

- Une demi-livre de tabac! répondit sérieusement Pencroff, et rien n'aurait manqué à mon bonheur!»

On ne put s'empêcher de rire à l'observation du marin.

Mais il résultait de cette découverte de l'épave que, maintenant et plus que jamais, il était nécessaire de
faire une exploration sérieuse de l'île. Il fut donc convenu que le lendemain, dès le point du jour, on se

mettrait en route, en remontant la Mercy, de manière à atteindre la côte occidentale.

Si quelques naufragés avaient débarqué sur un point de cette côte, il était à craindre qu'ils fussent sans
ressource, et il fallait leur porter secours sans tarder.

Pendant cette journée, les divers objets furent transportés à Granite-House et disposés méthodiquement
dans la grande salle.

Ce jour-là - 29 octobre - était précisément un dimanche, et, avant de se coucher, Harbert demanda à
l'ingénieur s'il ne voudrait pas leur lire quelque passage de l'évangile.

«Volontiers», répondit Cyrus Smith.

Il prit le livre sacré, et allait l'ouvrir, quand Pencroff, l'arrêtant, lui dit:

«Monsieur Cyrus, je suis superstitieux. Ouvrez au hasard, et lisez-nous le premier verset qui tombera
sous vos yeux. Nous verrons s'il s'applique à notre situation.»

Cyrus Smith sourit à la réflexion du marin, et, se rendant à son désir, il ouvrit l'évangile précisément à un
endroit où un signet en séparait les pages.

Soudain, ses regards furent arrêtés par une croix rouge, qui, faite au crayon, était placée devant le verset
8 du chapitre VII de l'évangile de saint Mathieu.

Et il lut ce verset, ainsi conçu: Quiconque demande reçoit, et qui cherche trouve.

CHAPITRE III

Le lendemain, - 30 octobre, - tout était prêt pour l'exploration projetée, que les derniers événements
rendaient si urgente. En effet, les choses avaient tourné ainsi, que les colons de l'île Lincoln pouvaient

s'imaginer n'en être plus à demander des secours, mais bien à pouvoir en porter.

Il fut donc convenu que l'on remonterait la Mercy, aussi loin que le courant de la rivière serait praticable.
Une grande partie de la route se ferait ainsi sans fatigues, et les explorateurs pourraient transporter leurs

provisions et leurs armes jusqu'à un point avancé dans l'ouest de l'île.

Il avait fallu, en effet, songer non seulement aux objets que l'on emportait, mais aussi à ceux que le

< page précédente | 142 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.