bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

- Mais, Pencroff, répliqua Nab, ce n'est pas notre faute si la bête s'est enfuie, puisque je te dis que nous
l'avions retournée!

- Alors, vous ne l'aviez pas assez retournée! riposta plaisamment l'intraitable marin.

- Pas assez!» s'écria Harbert.

Et il raconta qu'il avait pris soin de caler la tortue avec des galets.

«C'est donc un miracle! répliqua Pencroff.

- Je croyais, Monsieur Cyrus, dit Harbert, que les tortues, une fois placées sur le dos, ne pouvaient se
remettre sur leurs pattes, surtout quand elles étaient de grande taille?

- Cela est vrai, mon enfant, répondit Cyrus Smith.

- Alors, comment a-t-il pu se faire...?

- À quelle distance de la mer aviez-vous laissé cette tortue? demanda l'ingénieur, qui, ayant suspendu son
travail, réfléchissait à cet incident.

- À une quinzaine de pieds, au plus, répondit Harbert.

- Et la marée était basse, à ce moment?

- Oui, Monsieur Cyrus.

- Eh bien, répondit l'ingénieur, ce que la tortue ne pouvait faire sur le sable, il se peut qu'elle l'ait fait dans
l'eau. Elle se sera retournée quand le flux l'a reprise, et elle aura tranquillement regagné la haute mer.

- Ah! Maladroits que nous sommes! s'écria Nab.

- C'est précisément ce que j'avais eu l'honneur de vous dire!» répondit Pencroff.

Cyrus Smith avait donné cette explication, qui était admissible sans doute. Mais était-il bien convaincu
de la justesse de cette explication? On n'oserait l'affirmer.

CHAPITRE II

Le 29 octobre, le canot d'écorce était entièrement achevé. Pencroff avait tenu sa promesse, et une sorte de
pirogue, dont la coque était membrée au moyen de baguettes flexibles de crejimba, avait été construite en

cinq jours. Un banc à l'arrière, un second banc au milieu, pour maintenir l'écartement, un troisième banc

à l'avant, un plat-bord pour soutenir les tolets de deux avirons, une godille pour gouverner, complétaient

cette embarcation, longue de douze pieds, et qui ne pesait pas deux cents livres. Quant à l'opération du

lancement, elle fut extrêmement simple. La légère pirogue fut portée sur le sable, à la lisière du littoral,

devant Granite-House, et le flot montant la souleva.

Pencroff, qui sauta aussitôt dedans, la manoeuvra à la godille, et put constater qu'elle était très
convenable pour l'usage qu'on en voulait faire.

«Hurrah! s'écria le marin, qui ne dédaigna pas de célébrer ainsi son propre triomphe. Avec cela, on ferait
le tour...

< page précédente | 136 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.