bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

rang les savoureux pécaris, accommodés à l'étuvée.

À cinq heures, le dîner fut servi dans la salle de Granite-House. Le potage de kangourou fumait sur la
table. On le trouva excellent. Au potage succédèrent les pécaris, que Pencroff voulut découper lui-même,

et dont il servit des portions monstrueuses à chacun des convives.

Ces cochons de lait étaient vraiment délicieux, et Pencroff dévorait sa part avec un entrain superbe,
quand tout à coup un cri et un juron lui échappèrent.

«Qu'y a-t-il? demanda Cyrus Smith.

- Il y a... il y a... que je viens de me casser une dent! répondit le marin.

- Ah çà! il y a donc des cailloux dans vos pécaris? dit Gédéon Spilett.

- Il faut croire», répondit Pencroff, en retirant de ses lèvres l'objet qui lui coûtait une mâchelière!...

Ce n'était point un caillou... C'était un grain de plomb.

PARTIE 2. L'ABANDONNÉ

CHAPITRE I

Il y avait sept mois, jour pour jour, que les passagers du ballon avaient été jetés sur l'île Lincoln. Depuis
cette époque, quelque recherche qu'ils eussent faite, aucun être humain ne s'était montré à eux. Jamais

une fumée n'avait trahi la présence de l'homme à la surface de l'île.

Jamais un travail manuel n'y avait attesté son passage, ni à une époque ancienne, ni à une époque récente.
Non seulement elle ne semblait pas être habitée, mais on devait croire qu'elle n'avait jamais dû l'être. Et,

maintenant, voilà que tout cet échafaudage de déductions tombait devant un simple grain de métal,

trouvé dans le corps d'un inoffensif rongeur!

C'est qu'en effet, ce plomb était sorti d'une arme à feu, et quel autre qu'un être humain avait pu s'être servi
de cette arme?

Lorsque Pencroff eut posé le grain de plomb sur la table, ses compagnons le regardèrent avec un
étonnement profond. Toutes les conséquences de cet incident, considérable malgré son apparente

insignifiance, avaient subitement saisi leur esprit.

L'apparition subite d'un être surnaturel ne les eût pas impressionnés plus vivement.

Cyrus Smith n'hésita pas à formuler tout d'abord les hypothèses que ce fait, aussi surprenant qu'inattendu,
devait provoquer. Il prit le grain de plomb, le tourna, le retourna, le palpa entre l'index et le pouce. Puis:

«Vous êtes en mesure d'affirmer, demanda-t-il à Pencroff, que le pécari, blessé par ce grain de plomb,
était à peine âgé de trois mois?

- À peine, Monsieur Cyrus, répondit Pencroff. Il tétait encore sa mère quand je l'ai trouvé dans la fosse.

- Eh bien, dit l'ingénieur, il est par cela même prouvé que, depuis trois mois au plus, un coup de fusil a
été tiré dans l'île Lincoln.

- Et qu'un grain de plomb, ajouta Gédéon Spilett, a atteint, mais non mortellement, ce petit animal.

< page précédente | 130 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.