bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

pourraient être, sinon domestiqués, du moins acclimatés aux environs du lac, ce qui les mettrait plus
directement sous la main des consommateurs.

Vers cinq heures du soir, Cyrus Smith et ses compagnons reprirent le chemin de leur demeure, en
traversant le marais des Tadornes (Tadorn's-fens), et ils repassèrent la Mercy sur le pont de glaces.

À huit heures du soir, tous étaient rentrés à Granite-House.

CHAPITRE XXII

Ces froids intenses durèrent jusqu'au 15 août, sans dépasser toutefois ce maximum de degrés Fahrenheit
observé jusqu'alors. Quand l'atmosphère était calme, cette basse température se supportait facilement;

mais quand la bise soufflait, cela semblait dur à des gens insuffisamment vêtus. Pencroff en était à

regretter que l'île Lincoln ne donnât pas asile à quelques familles d'ours, plutôt qu'à ces renards ou à ces

phoques, dont la fourrure laissait à désirer.

«Les ours, disait-il, sont généralement bien habillés, et je ne demanderais pas mieux que de leur
emprunter pour l'hiver la chaude capote qu'ils ont sur le corps.

- Mais, répondait Nab en riant, peut-être ces ours ne consentiraient-ils pas, Pencroff, à te donner leur
capote. Ce ne sont point des Saint-Martin, ces bêtes-là!

- On les y obligerait, Nab, on les y obligerait», répliquait Pencroff d'un ton tout à fait autoritaire. Mais
ces formidables carnassiers n'existaient point dans l'île, ou, du moins, ils ne s'étaient pas montrés

jusqu'alors.

Toutefois, Harbert, Pencroff et le reporter s'occupèrent d'établir des trappes sur le plateau de Grande-vue
et aux abords de la forêt. Suivant l'opinion du marin, tout animal, quel qu'il fût, serait de bonne prise, et

rongeurs ou carnassiers qui étrenneraient les nouveaux pièges seraient bien reçus à Granite- House.

Ces trappes furent, d'ailleurs, extrêmement simples: des fosses creusées dans le sol, au-dessus un
plafonnage de branches et d'herbes, qui en dissimulait l'orifice, au fond quelque appât dont l'odeur

pouvait attirer les animaux, et ce fut tout. Il faut dire aussi qu'elles n'avaient point été creusées au hasard,

mais à certains endroits où des empreintes plus nombreuses indiquaient de fréquentes passées de

quadrupèdes. Tous les jours, elles étaient visitées, et, à trois reprises, pendant les premiers jours, on y

trouva des échantillons de ces culpeux qui avaient été vus déjà sur la rive droite de la Mercy.

«Ah çà! il n'y a donc que des renards dans ce pays-ci! s'écria Pencroff, la troisième fois qu'il retira un de
ces animaux de la fosse où il se tenait fort penaud. Des bêtes qui ne sont bonnes à rien!

- Mais si, dit Gédéon Spilett. Elles sont bonnes à quelque chose!

- Et à quoi donc?

- À faire des appâts pour en attirer d'autres!»

Le reporter avait raison, et les trappes furent dès lors amorcées avec ces cadavres de renards.

Le marin avait également fabriqué des collets en employant les fibres du curry-jonc, et les collets
donnèrent plus de profit que les trappes. Il était rare qu'un jour se passât sans que quelque lapin de la

garenne se laissât prendre. C'était toujours du lapin, mais Nab savait varier ses sauces, et les convives ne

songeaient pas à se plaindre.

< page précédente | 123 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.