bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - L'Île mystérieuse

- Que voulez-vous, mon ami? répondit l'ingénieur, comme s'il fût revenu du pays des rêves.

- Les torches vont bientôt s'éteindre.

- En route!» répondit Cyrus Smith.

La petite troupe quitta la caverne et commença son ascension à travers le sombre déversoir. Top fermait
la marche, et faisait encore entendre de singuliers grognements. L'ascension fut assez pénible. Les colons

s'arrêtèrent quelques instants à la grotte supérieure, qui formait comme une sorte de palier, à mi-hauteur

de ce long escalier de granit. Puis ils recommencèrent à monter.

Bientôt un air plus frais se fit sentir. Les gouttelettes, séchées par l'évaporation, ne scintillaient plus sur
les parois. La clarté fuligineuse des torches pâlissait. Celle que portait Nab s'éteignit, et, pour ne pas

s'aventurer au milieu d'une obscurité profonde, il fallait se hâter.

C'est ce qui fut fait, et, un peu avant quatre heures, au moment où la torche du marin s'éteignait à son
tour, Cyrus Smith et ses compagnons débouchaient par l'orifice du déversoir.

CHAPITRE XIX

Le lendemain, 22 mai, furent commencés les travaux destinés à l'appropriation spéciale de la nouvelle
demeure. Il tardait aux colons, en effet, d'échanger, pour cette vaste et saine retraite, creusée en plein roc,

à l'abri des eaux de la mer et du ciel, leur insuffisant abri des Cheminées. Celles-ci ne devaient pas être

entièrement abandonnées, cependant, et le projet de l'ingénieur était d'en faire un atelier pour les gros

ouvrages.

Le premier soin de Cyrus Smith fut de reconnaître sur quel point précis se développait la façade de
Granite-House. Il se rendit sur la grève, au pied de l'énorme muraille, et, comme le pic, échappé des

mains du reporter, avait dû tomber perpendiculairement, il suffisait de retrouver ce pic pour reconnaître

l'endroit où le trou avait été percé dans le granit.

Le pic fut facilement retrouvé, et, en effet, un trou s'ouvrait en ligne perpendiculaire au-dessus du point
où il s'était fiché dans le sable, à quatre-vingts pieds environ au-dessus de la grève. Quelques pigeons de

roche entraient et sortaient déjà par cette étroite ouverture. Il semblait vraiment que ce fût pour eux que

l'on eût découvert Granite-House!

L'intention de l'ingénieur était de diviser la portion droite de la caverne en plusieurs chambres précédées
d'un couloir d'entrée, et de l'éclairer au moyen de cinq fenêtres et d'une porte percées sur la façade.

Pencroff admettait bien les cinq fenêtres, mais il ne comprenait pas l'utilité de la porte, puisque l'ancien
déversoir offrait un escalier naturel, par lequel il serait toujours facile d'avoir accès dans Granite-House.

«Mon ami, lui répondit Cyrus Smith, s'il nous est facile d'arriver à notre demeure par le déversoir, cela
sera également facile à d'autres que nous. Je compte, au contraire, obstruer ce déversoir à son orifice, le

boucher hermétiquement.

- Et comment entrerons-nous? demanda le marin.

- Par une échelle extérieure, répondit Cyrus Smith, une échelle de corde, qui, une fois retirée, rendra
impossible l'accès de notre demeure.

< page précédente | 107 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.