bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Vallès - Le Bachelier

Elles ont de la poudre de riz sur les joues, comme il y a du sucre sur les fraises.

Mon dîner m'a coûté trente-cinq sous - sans vin. Je n'ai pas bu de vin ce matin non plus; je veux prendre
l'habitude de n'en pas boire. J'aime mieux pour le prix acheter des bouquets, et m'étendre sur une chaise

verte près du Philipoemen[12].

Je n'ai pas besoin - comme jadis, quand je cherchais Torchonette - de me donner du courage.

Je pris un canon sur le comptoir, ce jour-là.. J'ai de quoi me payer une bouteille aujourd'hui. - Mais
pourquoi?

J'ai eu mon ivresse, je me suis grisé à respirer cet air, à voir ces femmes, à lécher les fourchettes
d'argent!.. Cela vaut mieux que dix canons de la bouteille.

Je vois passer tout Paris! Il ne me fait plus peur comme jadis!

Peur?...

J'ai appelé aux armes sur ce boulevard même. C'est sur ce banc, en face, devant le passage des
Panoramas, que je montai et criai, le 3 décembre: «Mort à Napoléon!»

Encore ce souvenir! - Faiblesse!.. Regret d'enfant!...

«Garçon! le Journal pour rire!..._»

Où irai-je finir ma journée?

On donne Paillasse à l'Ambigu. Va pour Paillasse!

Sacrebleu, c'est beau, la scène où Paillasse dit, en s'évanouissant: j'ai faim! - C'est beau, l'acte de la
maison vide, la femme partie, les enfants qu'il faut faire souper, le coup de couteau dans le coeur, le coup

de couteau dans le gros pain!

En sortant, je suis allé m'asseoir à l'Estaminet des Mousquetaires, plein d'hommes de lettres, plein
de comédiens, plein de femmes encore!

J'emporte avec moi, rue des Cordiers, un monde de sensations douces et fortes.

Est-ce le vent de la nuit qui secoue mes cheveux sur mon cou? Est-ce l'émotion de ces heures si saines?

Je ne sais! - mais j'ai un frisson qui me va jusqu'au coeur: frisson de froid ou frisson d'orgueil.

Le ciel est clair et dur comme une plaque d'acier...

Quelques jupons éclairent de blanc les trottoirs; on voit à cent pas devant soi.. mon ombre s'allonge aux
rayons de la lune et emplit toute la chaussée...

Il s'agit de me faire une place aussi large au soleil!

17. Les camarades

J'arrive chez Petray.

Personne encore. Le garçon me demande si je veux un journal, en attendant.

< page précédente | 95 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.