bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Vallès - Le Bachelier

C'est sans doute des prisonniers qu'on achève; on dit qu'on tue à la Préfecture...

Si la lutte avait recommencé!

Je dois y être!.. Ma place n'est pas dans ce lit d'hôtel. Je vais essayer de repartir, d'aller voir...

Mais le sommeil m'accable, mais mes jambes refusent le service, mais j'ai le bras droit qui est lourd
comme si j'avais un boulet au bout.

Encore des coups de fusil!

Oh! je descendrai tout de même!

Tout le monde dort dans la maison, excepté deux ou trois personnes qui jouent aux cartes.

Il y en a un qui dit: «_Quatre-vingts de rois!» et l'autre qui répond: «Dis plutôt quatre-vingts
d'empereurs!»

Et je croyais qu'on se battrait, que les jeunes gens se feraient hacher jusqu'au dernier! - Cinq cents de
bésigue, quatre-vingts d'empereurs...

J'ai pu me traîner jusque dans la rue. Comme elle est noire!.. Je descends jusqu'au pont. Des factionnaires
montent la garde.

«Où allez-vous?»

Si j'avais du courage, si j'étais un homme, je leur dirais où je vais.. où je crois de mon devoir d'aller. Je
crierais: À bas Napoléon!

Je regretterai plus d'une fois peut-être dans l'avenir, de ne pas avoir poussé ce cri et laissé là ma vie...

J'ai balbutié, tourné à gauche...

La Seine coule muette et sombre. On dit qu'on y a jeté un blessé vivant et qu'il a pu regagner l'autre rive
en laissant derrière lui un sillon d'eau sanglante. Il est peut-être blotti mourant dans un coin. N'y a-t-il pas

quelque part une flaque rouge?

Je n'entends plus la fusillade, mais les factionnaires reparaissent, victorieux et insolents.

C'est fini.. fini.. Il ne s'élèvera plus un cri de révolte vers le ciel!

Je suis rentré, le cerveau éteint, le coeur troué, chancelant comme un boeuf qui tombe et s'abat sous le
maillet, dans le sang fumant de l'abattoir!

13. Après la défaite

8 décembre.

Il y a trois jours que c'est fini...

Il me semble que j'ai vieilli de vingt ans!...

La terreur règne à Paris.

Renoul, Rock, Matoussaint, tous les camarades sont comme moi écrasés de douleur et de honte. On se

< page précédente | 71 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.