bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Vallès - Le Bachelier

«Votre chambre est encore libre», m'a-t-il été répondu à mon ancien hôtel quand j'y suis rentré le matin.

Mais des lettres, vieilles de huit jours, m'annoncent que j'ai exaspéré deux leçons, mes deux meilleures,
qui me lâchent. Il ne me reste que du fretin. Me voilà frais! Je suis juste aussi avancé que quand j'ai

débuté.

Tout est à recommencer après tant d'hésitations, d'efforts, de douleurs! Eh! pourquoi suis-je allé dans ce
trou de province? Est-ce qu'on a le temps de faire du sentiment et de la villégiature quand on est engagé

pour vendre à heure fixe du latin et du grec, quand il y a pour cela des périodes sacrées?

Je rêvais de revoir mon village comme la Vielleuse de mélodrame ou le Petit Savoyard!
Triple niais!

J'ai recouru après les leçons perdues, j'ai eu le courage d'être lâche et de demander pardon.

Mais les places étaient prises et l'on ne pouvait ou l'on ne voulait flanquer dehors ceux qui m'avaient
remplacé.

Si j'attends seulement un mois avant de gagner quelque argent, je ne serai plus en état de me présenter
nulle part. Il ne me reste qu'un vêtement propre, redingote, pantalon et gilet noirs, - à peu près noirs

encore, quoiqu'ils montrent par endroits la corde.

J'ai de quoi manger et payer un garni ignoble avec mes vingt-six sous et trois centimes par jour, mais mes
habits sont mes outils. Il m'en faut de propres et de décents.

Je connais Cicéron, Virgile, Homère, tous les grands auteurs anciens, mais je ne connais pas de petit
tailleur moderne pour me raccommoder ou me faire un costume.

Il y a bien longtemps que je n'ose plus passer devant la maison de Caumont à qui je n'ai pas pu payer sa
dernière note.

J'avais trouvé une belle leçon dans ce voisinage. Je n'ai pas osé l'accepter, j'aurais rencontré le tailleur et
il m'aurait peut-être fait une scène.

29. Monsieur, Monsieur Bonardel

Que faire?

Copier des rôles? Mais pourrai-je! J'ai une écriture d'enfant, embrouillée et illisible. On disait dans les
classes de lettres: «Il n'y a que les imbéciles qui peignent bien»; on promettait le prix de

calligraphie au plus bête. Et moi, faisant chorus avec mon professeur, ce niais! avec mon père, cet

aveugle! j'étais presque fier d'écrire si mal. On trouvait cela original et coquet de la part d'un fort.

Si, au lieu de faire des discours latins, j'avais fait des bâtons, - si, au lieu d'étudier Cicéron, j'avais
étudié Favarger! - je pourrais aujourd'hui copier des rôles le jour, et être libre le soir, ou bien les copier la

nuit et bûcher le jour à mon choix! Il eût suffi de cela pour que je fusse libre.

J'ai cherché tout de même les demandes de copistes derrière les grillages du Palais de Justice, dans les
colonnes des Petites affiches, sur les plaques des pissotières, et je me suis rendu aux adresses

indiquées.

On m'a ri au nez quand j'ai montré mes échantillons; on m'a mis en face de gens à tête de sous-officier ou

< page précédente | 193 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.