bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Vallès - Le Bachelier

J'ai été surpris dans cet exercice, ce qui est un véritable malheur, et je mettrai des années à m'en relever.

Chaque fois que je fais une plaisanterie, on dit: «Tu l'as lu à la bibliothèque ce matin».

On croit que je vais y chercher ce que je dirai le soir pour paraître espiègle et folâtre. Ce manège dure
peut-être depuis longtemps, dit-on.

«Et nous qui riions de confiance!»

D'autre part, des personnes graves qui me portaient de l'intérêt m'ont retiré leur confiance et croient que
je suis un affreux polisson qui vais dénicher dans les coins les livres légers pour en faire ma nourriture

journalière et en repaître mon imagination de saltimbanque et de corrompu.

Et c'est payé cinq francs - pas un radis de plus! - cent calembours pour un sou - demandez!

Je ferais mieux de crier ça dans une baraque, en habit de pitre. Je gagnerais davantage.

28. À marier

Je reçois régulièrement mes quarante francs par mois. - Régulièrement? Hélas! non. Il y a parfois un jour,
deux jours de retard, et alors j'ai le frisson, parce que ma logeuse attend. Mon estomac attend aussi - c'est

dur. J'ai passé souvent vingt-quatre heures, le ventre creux, ayant à peine la force de parler quand j'avais

une leçon à donner. Ce n'est la faute de personne! Mon père ne m'a jamais fait faux bond; mais j'ai eu

beau lui écrire qu'une lenteur de quelques heures m'exposait à une humiliation pénible dans mon garni où

ma quinzaine tombait à jour fixe, et me condamnait à des spasmes de faim. Il ne l'a pas cru. Les parents

ne se figurent pas cela, loin de Paris. Au café, ils demandent le Charivari, lisent les légendes de

Gavarni, qui parlent de carottes tirées par les étudiants. J'ai failli en tirer une, une fois - l'arracher d'un

champ, à Montrouge, pour la croquer crue et sale, en deux coups de dent, tant mes boyaux grognaient! Je

venais de rater un ami qui avait crédit dans une gargote de la banlieue.

Quelqu'un passa juste au moment où je me penchais: je partis comme un voleur. J'aurais peut-être bien
été accusé de vol, si j'avais été surpris un instant plus tôt.

Ah! tant pis, je prendrai la vache enragée par les cornes!

C'est ma vie en garni qui me fait le plus souffrir. Je suis là souvent avec des voyous et des escrocs.

L'autre matin, des agents en bourgeois sont entrés au nom de la loi dans mon taudis, et m'ont cerné sur
mon grabat comme coupable de je ne sais quel crime.

Ils s'étaient trompés de porte. C'était mon voisin qui avait volé ou violé. Il était chez lui; il chantait.

On a reconnu sa voix, ce qui a fait reconnaître mon innocence! Mais que le scélérat les eût entendus
monter, qu'il eût descendu l'escalier à la dérobée, j'avais beau me débattre, on m'emmenait!

J'ai écrit à mon père, je lui ai conté l'aventure, et je lui ai demandé l'aumône:

«Avance-moi le prix d'un petit mobilier, de quoi meubler comme une cellule, un coin où je vivrai à l'abri
de ces hasards. J'ai trouvé une chambre pour quatre-vingt francs, rue Contrescarpe. On veut le terme

d'avance; je te le demande aussi. Mais, je t'en prie, fais ce sacrifice qui m'épargnera bien des douleurs et

des dangers!»

< page précédente | 182 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.