bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Vallès - L'Enfant

Je suis propre comme une casserole rétamée. Oui, mais je ne me tiens pas droit.

C'est-à-dire que pendant que j'apprends mes leçons, je m'endors souvent, et je me cache la tête dans les
bras, le dos en rond.

Ma mère veut que je me tienne droit.

«Personne n'a encore été bossu dans notre famille, ce n'est pas toi qui vas commencer, j'espère!»

Elle dit cela d'un ton de menace, et si j'avais l'intention d'être bossu, elle m'en ôterait du coup l'envie.

13. L'argent

«M'man! J'ai mal.

- Ce sont les vers, mon enfant!

- Je sens bien que j'ai mal.

- Douillet, va! Ah! si tu avais dix mille livres de rentes!... Quand tu as mal au ventre, fais comme faisait
mon père, fais la culbute!»

L'argent! - les rentes!

On me promet, comme à tous les gamins, des récompenses, un gros sou, si je suis sage, et chaque fois
que je suis premier, une petite piécette blanche. On me la donne?... Non, ma mère m'aime trop pour cela.

Elle ne me privait pourtant pas pour s'enrichir.

Les dix sous ne rentraient pas dans la famille, - ils allaient se coucher dans une tirelire dont la gueule me
riait au nez.

«C'est pour toi», disait ma mère en me faisant voir la pièce et avant de la glisser dans le trou!

Je ne la revoyais plus!

«Ce sera, ajoutait-elle, pour t'acheter un homme!»

C'est le remplaçant caché dans cette tirelire qui absorbe toutes les petites pièces et les gros sous que
d'autres, mes copains, dépensent le dimanche et les jours de foire, en entrées aux baraques, cigares à

paille, canons en cuivre.

Toujours sage, donnant la leçon sans pédantisme, ma mère, qui marchait avec son siècle, m'inspirait ainsi
la haine des armées permanentes et me faisait réfléchir sur l'impôt du sang. Je me

regimbais quelquefois et je citais mes camarades qui dépensaient leur argent au lieu de le garder pour

acheter un homme.

«C'est que sans doute ils sont infirmes, vois-tu!»

Elle avait même une parole de tristesse et un accent de compassion à l'égard de ces pauvres enfants qui
faisaient bien de se consoler en dépensant leurs sous, eux que le ciel avait tordus ou embossés sans que

cela parût.

«Et pourquoi!» disait-elle en se parlant à elle-même et arrivant jusqu'à l'impiété.

< page précédente | 60 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.