bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Renard - Poil de Carotte

Quand parrain voit le soleil au-dessus de sa tête, on rentre déjeuner. Il bourre Poil de Carotte de haricots
blancs.

- Je ne connais rien de meilleur, lui dit-il, mais je les veux cuits en bouillie. J'aimerais mieux mordre le
fer d'une pioche que manger un haricot qui croque sous la dent, craque comme un grain de plomb dans

une aile de perdrix.

Poil de Carotte:
Ceux-là fondent sur la langue. D'habitude maman ne les fait pas trop mal. Pourtant ce n'est plus ça. Elle

doit ménager la crème.

Parrain:
Canard, j'ai du plaisir à te voir manger. Je parie que tu ne manges point ton content, chez ta mère.

Poil de Carotte:
Tout dépend de son appétit. Si elle a faim, je mange à sa faim. En se servant elle me sert par-dessus le

marché. Si elle a fini, j'ai fini aussi.

Parrain:
On en redemande, bêta.

Poil de Carotte:
C'est facile à dire, mon vieux. D'ailleurs il vaut toujours mieux rester sur sa faim.

Parrain:
Et moi qui n'ai pas d'enfants, je lècherais le derrière d'un singe, si ce singe était mon enfant! Arrangez ça.

Ils terminent leur journée dans la vigne, où Poil de Carotte, tantôt regarde piocher son parrain et le suit
pas à pas, tantôt, couché sur des fagots de sarment et les yeux au ciel, suce des brins d'osier.

La Fontaine

Il ne couche pas avec son parrain pour le plaisir de dormir. Si la chambre est froide, le lit de plume est
trop chaud, et la plume, douce aux vieux membres du parrain, met vite le filleul en nage. Mais il couche

loin de sa mère.

- Elle te fait donc bien peur? dit parrain.

Poil de Carotte:
Ou plutôt, moi je ne lui fais pas assez peur. Quand elle veut donner une correction à mon frère, il saute

sur un manche de balai, se campe devant elle, et je te jure qu'elle s'arrête court. Aussi elle préfère le

prendre par les sentiments. Elle dit que la nature de Félix est si susceptible qu'on n'en ferait rien avec des

coups et qu'ils s'aplliquent mieux à la mienne.

Parain:
Tu devrais essayer du balai, Poil de Carotte.

Poil de Carotte:
Ah! si j'osais! nous nous sommes souvent battus, Félix et moi, pour de bon ou pour jouer. Je suis aussi

fort que lui. Je me défendrais comme lui. Mais je me vois armé d'un balai contre maman. Elle croirait que

< page précédente | 53 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.