bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Renard - Poil de Carotte

Il dira qu'il l'a perdu.

Un instant encore, Poil de Carotte écoute, recueilli, les bêlements qui se calment peu à peu. Tout à
l'heure, on n'entendra plus que le bruissement sourd du foin broyé entre les mâchoires lentes.

Accrochée à un barreau de râtelier, une limousine aux raies éteintes semble garder les moutons, toute
seule.

Parrain

Quelquefois madame Lepic permet à Poil de Carotte d'aller voir son parrain et même de coucher avec lui.
C'est un vieil homme bourru, solitaire, qui passe sa vie à la pêche ou dans la vigne. Il n'aime personne et

ne supporte que Poil de Carotte.

- Te voilà, canard! dit-il.

- Oui, parrain, dit Poil de Carotte sans l'embrasser, m'as-tu préparé ma ligne?

- Nous en aurons assez d'une pour nous deux, dit parrain.

Poil de Carotte ouvre la porte de la grange et voit sa ligne prête. Ainsi son parrain le taquine toujours,
mais Poil de Carotte averti ne se fâche plus et cette manie du vieil homme complique à peine leurs

relations. Quand il dit oui, il veut dire non et réciproquement. Il ne s'agit que de ne pas s'y tromper.

- Si ça l'amuse, ça ne me gêne guère, pense Poil de Carotte.

Et ils restent bons camarades.

Parrain, qui d'ordinaire ne fait de cuisine qu'une fois par semaine pour toute la semaine, met au feu, en
l'honneur de Poil de Carotte, un grand pot de haricots avec un bon morceau de lard et, pour commencer

la journée, le force à boire un verre de vin pur.

Puis il vont pêcher.

Parrain s'assied au bord de l'eau et déroule méthodiquement son crin de Florence. Il consolide avec de
lourdes pierres ses lignes impressionnantes et ne pêche que les gros qu'il roule au frais dans une serviette

et lange comme des enfants.

- Surtout, dit-il à Poil de Carotte, ne lève ta ligne que lorsque ton bouchon aura enfoncé trois fois.

Poil de Carotte:
Pourquoi trois?

Parrain:
La première ne signifie rien: le poisson mordille. La seconde, c'est sérieux: il avale. La troisième, c'est

sûr: il ne s'échappera plus. On ne tire jamais trop tard.

Poil de Carotte préfère la pêche aux goujons. Il se déchausse, entre dans la rivière et avec ses pieds agite
le fond sablonneux pour faire de l'eau trouble. Les goujons stupides accourent et Poil de Carotte en sort

un chaque jet de ligne. A peine a-t-il le temps de crier au parrain:

- Seize, dix-sept, dix-huit!...

< page précédente | 52 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.