bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Renard - Poil de Carotte

de dire que le tout est fait d'un seul trait de plume. Une fois, il a réussi un enchevêtrement de lignes
nommé cul-de-lampe. Longuement, les petits s'émerveillèrent.

Son renvoi les chagrine fort.

Ils conviennent qu'ils devront bourdonner le Directeur à la première occasion, c'est-à-dire enfler les joues
et imiter avec les lèvres le vol des bourdons pour marquer leur mécontentement. Quelque jour, ils n'y

manqueront pas.

En attendant, ils s'attristen les uns les autres. Violone qui se sent regretté, a la coquetterie de partir
pendant une récréation. Quand il paraît dans la cour, suivi d'un garçon qui porte sa malle, tous les petits

s'élancent. Il serre des mains, tapote des visages, et s'efforce d'arracher les pans de sa redingote sans les

déchirer, cerné, envahi et souriant, ému. Les uns, suspendus à la barre fixe, s'arrêtent au milieu d'un

renversement et sautent à terre, la bouche ouverte, le front en sueur, leurs manches de chemise

retroussées et les doigts écartés à cause de la colophane. D'autres, plus calmes, qui tournaient

monotonement dans la cour, agitent les mains, en signe d'adieu. Le garçon, courbé sous la malle, s'est

arrêté afin de conserver ses distances, ce dont profite un tout petit pour plaquer sur son tablier blanc ses

cinq doigts trempés dans du sable mouillé. Les joues de Marseau se sont rosées à paraître peintes. Il

éprouve sa première peine de coeur sérieuse; mais, troublé et contraint de s'avouer qu'il regrette le maître

d'étude un peu comme une petite cousine, il se tient l'écart, inquiet, presque honteux. Sans embarras,

Violone se dirige vers lui, quand on entend un fracas de carreaux.

Tous les regards montent vers la petite fenêtre grillée du séquestre. La vilaine et sauvage tête de Poil de
Carotte paraît. Il grimace, blême petite bête mauvaise en cage, les cheveux dans les yeux et ses dents

blanches toutes à l'air. Il passe sa main droite entre les débris de la vitre qui le mord, comme animée, et il

menace Violone de son poing saignant.

- Petite imbécile! dit le maître d'étude, te voilà content!

- Dame! crie Poil de Carotte, tandis qu'avec entrain, il casse d'un second coup de poing un autre carreau,
pourquoi que vous l'embrassiez et que vous ne m'embrassiez pas, moi?

Et il ajoute, se barbouillant la figure avec le sang qui coule de sa main coupée:

- Moi aussi, j'ai de joues rouges, quand j'en veux!

Les Poux

Dès que grand Frère Félix et Poil de Carotte arrivent de l'institution Saint-Marc, madame Lepic leur fait
prendre un bain de pieds. Ils en ont besoin depuis trois mois, car jamais on ne les lave à la pension.

D'ailleurs, aucun article de prospectus ne prévoit le cas.

- Comme les tiens doivent être noirs, mon pauvre Poil de Carotte! dit madame Lepic.

Elle devine juste. Ceux de Poil de Carotte sont toujours plus noirs que ceux de grand frère Félix? Et
pourquoi? Tous deux vivent côte à côte, du même régime, dans le même air. Certes, au bout de trois

mois, grand frère Félix ne peut montrer pied blanc, mais Poil de Carotte, de son propre aveu, ne reconnaît

plus les siens.

Honteux, il les plonge dans l'eau avec l'habileté d'un escamoteur. On ne les voit pas sortir des chaussettes

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.