bibliotheq.net - littérature française
 

Joseph Bertrand - D'Alembert

«Nous avons préféré, écrit d'Alembert, ne pouvant avoir Pascal-Condorcet, à Chapelain-Lemierre et à
Cotin-Chabanon, Eutrope Millot qui a du moins le mérite d'avoir écrit l'histoire en philosophe et de ne

s'être jamais souvenu qu'il était jésuite et prêtre.» Chabanon avait été, vingt ou trente ans auparavant, il

s'en vante du moins, l'ami très intime de d'Alembert.

Dans ses mémoires, platement écrits, où, sans esprit, sans tact et sans décence, il raconte longuement ses
succès et ses déceptions d'amour, il fait jouer à d'Alembert le rôle de confident, et l'excellent géomètre lui

prodigue sa sympathie et ses consolations. Chabanon, dans un jour de grande tristesse, entre chez

d'Alembert, qui, du premier coup d'oeil, le voyant malheureux, l'accable de questions pleines d'intérêt sur

la cause de son chagrin. Chabanon était amoureux et trahi.

«Comment peindre, dit-il, la sensibilité de d'Alembert et la fougueuse précipitation de ses mouvements?
Fermer la porte aux deux verrous, ouvrir un petit escalier qui répondait à la boutique du vitrier, y crier:

«Madame Rousseau, je n'y suis pour personne!» et revenir à moi, me serrer dans ses bras, ce ne fut pour

lui que l'affaire d'un instant.»

Dans les premiers mots de d'Alembert reparaît cependant l'insensibilité affectée du sceptique railleur,
sous lequel quelques contemporains ont méconnu l'homme tendre et bon. «Que voulez-vous! dit-il à

Chabanon: vous avez commencé par être heureux!» Et il ajoute de la voix de fausset qui lui était

particulière: «C'est toujours la fiche de consolation». Mais, ému par le désespoir de son ami, il prend

aussitôt un autre ton: «Mon ami, lui dit-il, il faut éviter de rester avec vous-même. Jetez là les livres,

voyez vos amis, courez, distrayez-vous. Toutes les fois que je vous serai nécessaire, je quitterai avec

plaisir mon travail, et nous irons nous promener ensemble.»

Pourquoi les sentiments de d'Alembert avaient-ils changé? Les oeuvres de Chabanon l'expliquent.
D'Alembert ne se résignait pas, par amour pour l'Académie, à y voir siéger l'auteur d'Éponine.

Chapelain-Lemierre et Cotin-Chabanon finirent tous deux par forcer la porte: le meilleur des deux -

c'était Chapelain - ne passa que le second.

Cette double victoire remportée sur d'Alembert le justifie du reproche adressé par un écrivain qu'on n'a
pas encore complètement oublié, Sénac de Meilhan, qui a écrit:

«L'intrigue et la cabale mirent dans les mains de d'Alembert, qui survécut à Voltaire, le sceptre de la
littérature.»

Rien n'est juste dans cette phrase et rien n'est vrai, sinon que d'Alembert a eu le chagrin d'assister à la
mort de Voltaire.

CHAPITRE V. D'ALEMBERT ET LA SUPPRESSION DES JÉSUITES

Un personnage alors considérable - c'était le maréchal Vaillant - me disait un jour: «Je passe l'été dans
une petite commune de Bourgogne; là, quoique voltairien, chaque dimanche ma présence à l'église édifie

les fidèles: vous me direz que c'est de l'hypocrisie! - Ah! maréchal! répondis-je sans hésitation... - Vous

voulez dire, continua-t-il, que ce n'est pas de l'hypocrisie: vous me feriez plaisir en m'expliquant

pourquoi.»

Je fus embarrassé; il s'y attendait et nous rîmes tous deux.

D'Alembert, incrédule convaincu et plus voltairien que Voltaire, affectait quelquefois, dans ses écrits et
souvent dans ses discours académiques, des formes respectueuses qui contrastent avec le ton de sa

< page précédente | 44 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.