bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Phedre

PANOPE
Son trépas n'a point calmé la reine :
Le trouble semble croître en son âme incertaine.

Quelquefois, pour flatter ses secrètes douleurs,

Elle prend ses enfants et les baigne de pleurs ;

Et soudain, renonçant à l'amour maternelle,

Sa main avec horreur les repousse loin d'elle.

Elle porte au hasard ses pas irrésolus ;

Son oeil tout égaré ne nous reconnaît plus.

Elle a trois fois écrit, et changeant de pensée,

Trois fois elle a rompu sa lettre commencée.

Daignez la voir, Seigneur, daignez la secourir.

THESEE
O ciel ! OEnone est morte, et Phèdre veut mourir ?
Qu'on rappelle mon fils, qu'il vienne se défendre,

Qu'il vienne me parler, je suis prêt de l'entendre.

Ne précipite point tes funestes bienfaits,

Neptune ; j'aime mieux n'être exaucé jamais.

J'ai peut-être trop cru des témoins peu fidèles ;

Et j'ai trop tôt vers toi levé mes mains cruelles.

Ah ! de quel désespoir mes voeux seraient suivis !

SCENE VI - THESEE, THERAMENE


THESEE

Théramène, est-ce toi ? Qu'as-tu fait de mon fils ?
Je te l'ai confié dès l'âge le plus tendre.

Mais d'où naissent les pleurs que je te vois répandre ?

Que fait mon fils ?

THERAMENE
O soins tardifs et superflus !
Inutile tendresse ! Hippolyte n'est plus.

THESEE
Dieux !

THERAMENE
J'ai vu des mortels périr le plus aimable,
Et j'ose dire encor, Seigneur, le moins coupable.

THESEE
Mon fils n'est plus ? Hé quoi ! quand je lui tends les bras,
Les Dieux impatients ont hâté son trépas ?

Quel coup me l'a ravi ? Quelle foudre soudaine ?

THERAMENE

< page précédente | 45 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.