bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Phedre

Qui conduise vers vous ma démarche timide.

SCENE II - THESEE, ARICIE, ISMENE


THESEE

Dieux, éclairez mon trouble, et daignez à mes yeux
Montrer la vérité, que je cherche en ces lieux.

ARICIE
Songe à tout, chère Ismène, et sois prête à la fuite.

SCENE III - THESEE, ARICIE


THESEE

Vous changez de couleur, et semblez interdite.
Madame ! que faisait Hippolyte en ce lieu ?

ARICIE
Seigneur, il me disait un éternel adieu.

THESEE
Vos yeux ont su dompter ce rebelle courage ;
Et ses premiers soupirs sont votre heureux ouvrage.

ARICIE
Seigneur, je ne vous puis nier la vérité ;
De votre injuste haine il n'a pas hérité ;

Il ne me traitait point comme une criminelle.

THESEE
J'entends, il vous jurait une amour éternelle.
Ne vous assurez point sur ce coeur inconstant ;

Car à d'autres que vous il en jurait autant.

ARICIE
Lui, Seigneur ?

THESEE
Vous deviez le rendre moins volage ;
Comment souffriez-vous cet horrible partage ?

ARICIE
Et comment souffrez-vous que d'horribles discours
D'une si belle vie osent noircir le cours ?

Avez-vous de son coeur si peu de connaissance ?

Discernez-vous si mal le crime et l'innocence ?

Faut-il qu'à vos yeux seuls un nuage odieux

Dérobe sa vertu qui brille à tous les yeux ?

Ah ! c'est trop le livrer à des langues perfides.

Cessez. Repentez-vous de vos voeux homicides ;

< page précédente | 43 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.