bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Phedre

Echauffez mes transports trop lents, trop retenus.
Tous ses crimes encor ne vous sont pas connus ;

Sa fureur contre vous se répand en injures ;

Votre bouche, dit-il, est pleine d'impostures ;

Il soutient qu'Aricie a son coeur, a sa foi,

Qu'il aime.

PHEDRE
Quoi, Seigneur !

THESEE
Il l'a dit devant moi.
Mais je sais rejeter un frivole artifice.

Espérons de Neptune une prompte justice.

Je vais moi-même encore, au pied de ses autels,

Le presser d'accomplir ses serments immortels.

SCENE V - PHEDRE


PHEDRE

Il sort. Quelle nouvelle a frappé mon oreille ?
Quel feu mal étouffé dans mon coeur se réveille ?

Quel coup de foudre, ô ciel ! et quel funeste avis !

Je volais toute entière au secours de son fils ;

Et m'arrachant des bras d'OEnone épouvantée,

Je cédais au remords dont j'étais tourmentée.

Qui sait même où m'allait porter ce repentir ?

Peut-être à m'accuser j'aurais pu consentir ;

Peut-être, si la voix ne m'eût été coupée,

L'affreuse vérité me serait échappée.

Hippolyte est sensible, et ne sent rien pour moi !

Aricie a son coeur ! Aricie a sa foi

Ah, dieux ! Lorsqu'à mes voeux l'ingrat inexorable

S'armait d'un oeil si fier, d'un front si redoutable,

Je pensais qu'à l'amour son coeur toujours fermé

Fût contre tout mon sexe également armé.

Une autre cependant a fléchi son audace ;

Devant ses yeux cruels une autre a trouvé grâce.

Peut-être a-t-il un coeur facile à s'attendrir.

Je suis le seul objet qu'il ne saurait souffrir ;

Et je me chargerais du soin de le défendre ?

SCENE VI - PHEDRE, OENONE


PHEDRE

Chère OEnone, sais-tu ce que je viens d'apprendre ?

OENONE
Non ; mais je viens tremblante, à ne vous point mentir.
J'ai pâli du dessein qui vous a fait sortir ;

< page précédente | 37 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.