bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Phedre

Je parlerai. Thésée, aigri par mes avis,
Bornera sa vengeance à l'exil de son fils.

Un père en punissant, Madame, est toujours père.

Un supplice léger suffit à sa colère.

Mais le sang innocent dût-il être versé,

Que ne demande point votre honneur menacé ?

C'est un trésor trop cher pour oser le commettre.

Quelque loi qu'il vous dicte, il faut vous y soumettre,

Madame, et pour sauver votre honneur combattu,

Il faut imoler tout, et même la vertu.

On vient, je vois Thésée.

PHEDRE
Ah ! je vois Hippolyte,
Dans ses yeux insolents, je vois ma perte écrite.

Fais ce que tu voudras, je m'abandonne à toi.

Dans le trouble où je suis, je ne peux rien pour moi

SCENE IV - THESEE, HIPPOLYTE, PHEDRE, OENONE, THERAMENE


THESEE

La fortune à mes voeux cesse d'être opposée,
Madame, et dans vos bras met...

PHEDRE
Arrêtez, Thésée,
Et ne profanez point des transports si charmants.

Je ne mérite plus ces doux empressements.

Vous êtes offensé. La fortune jalouse

N'a pas en votre absence épargné votre épouse.

Indigne de vous plaire et de vous approcher,

Je ne dois désormais songer qu'à me cacher.

SCENE V - THESEE, HIPPOLYTE, THERAMENE


THESEE

Quel est l'étrange accueil qu'on fait à votre père,
Mon fils ?

HIPPOLYTE
Phèdre peut seule expliquer ce mystère.
Mais si mes voeux ardents vous peuvent émouvoir,

Permettez-moi, Seigneur, de ne la plus revoir ;

Souffrez que pour jamais le tremblant Hippolyte

Disparaisse des lieux que votre épouse habite.

THESEE
Vous, mon fils, me quitter ?

HIPPOLYTE

< page précédente | 29 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.