bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Phedre

Sur qui, dans son malheur, voulez-vous qu'il s'appuie ?
Ses larmes n'auront plus de main qui les essuie ;

Et ses cris innocents, portés jusques aux Dieux,

Iront contre sa mère irriter ses aïeux.

Vivez, vous n'avez plus de reproche à vous faire :

Votre flamme devient une flamme ordinaire.

Thésée en expirant vient de rompre les noeuds

Qui faisaient tout le crime et l'horreur de vos feux.

Hippolyte pour vous devient moins redoutable,

Et vous pouvez le voir sans vous rendre coupable.

Peut-être convaincu de votre aversion,

Il va donner un chef à la sédition.

Détrompez son erreur, fléchissez son courage.

Roi de ces bords heureux, Trézène est son partage ;

Mais il sait que les lois donnent à votre fils

Les superbes remparts que Minerve a bâtis.

Vous avez l'un et l'autre une juste ennemie :

Unissez-vous tous deux pour combattre Aricie.

PHEDRE
Hé bien ! à tes conseils je me laisse entraîner.
Vivons, si vers la vie on peut me ramener,

Et si l'amour d'un fils en ce moment funeste

De mes faibles esprits peut ranimer le reste.

ACTE II

- - - -

SCENE I - ARICIE, ISMENE


ARICIE

Hippolyte demande à me voir en ce lieu ?
Hippolyte me cherche et veut me dire adieu ?

Ismène, dis-tu vrai ? N'es-tu point abusée ?

ISMENE
C'est le premier effet de la mortt de Thésée.
Préparez-vous, Madame, à voir de tous côtés

Voler vers vous les coeurs par Thésée écartés.

Aricie à la fin de son sort est maîtresse,

Et bientôt à ses pieds verra toute la Grèce.

ARICIE
Ce n'est donc point, Ismène, un bruit mal affermi ?
Je cesse d'être esclave, et n'ai plus d'ennemi ?

ISMENE
Non, Madame. les Dieux ne vous sont plus contraires,
Et Thésée a rejoint les mânes de vos frères.

< page précédente | 13 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.