bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Iphigénie en Aulide

Ne puis-je pas d'Achille humilier l'audace ?
Que ma fille à ses yeux soit un sujet d'ennui.

Il l'aime : elle vivra pour un autre que lui.

Eurybate, appelez la Princesse, la Reine.

Qu'elles ne craignent point.

SCÈNE IX - AGAMEMNON, GARDES


AGAMEMNON

Grands Dieux, si votre haine
Persévère à vouloir l'arracher de mes mains,

Que peuvent devant vous tous les faibles humains ?

Loin de la secourir, mon amitié l'opprime,

Je le sais. Mais, grands Dieux, une telle victime

Vaut bien que confirmant vos rigoureuses lois,

Vous me la demandiez une seconde fois.

SCÈNE X - AGAMEMNON, CLYTEMNESTRE, IPHIGÉNIE, ÉRIPHILE,
EURYBATE, DORIS, GARDES


AGAMEMNON

Allez, Madame, allez, prenez soin de sa vie.
Je vous rends votre fille, et je vous la confie.

Loin de ces lieux cruels précipitez ses pas.

Mes gardes vous suivront, commandés par Arcas.

Je veux bien excuser son heureuse imprudence.

Tout dépend du secret et de la diligence.

Ulysse ni Calchas n'ont point encor parlé.

Gardez que ce départ ne leur soit révélé.

Cachez bien votre fille, et que tout le camp croie

Que je la retiens seule, et que je vous renvoie.

Fuyez. Puissent les Dieux, de mes larmes contents,

A mes tristes regards ne l'offrir de longtemps !

Gardes, suivez la Reine.

CLYTEMNESTRE
Ah ! Seigneur.

IPHIGÉNIE
Ah ! mon père.

AGAMEMNON
Prévenez de Calchas l'empressement sévère.
Fuyez, vous dis-je. Et moi, pour vous favoriser,

Par de feintes raisons je m'en vais l'abuser ;

Je vais faire suspendre une pompe funeste,

Et de ce jour au moins lui demander le reste.

SCÈNE XI - ÉRIPHILE, DORIS


ÉRIPHILE

Suis-moi. Ce n'est pas là, Doris, notre chemin.

< page précédente | 44 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.