bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Iphigénie en Aulide

Obéissez encor pour la dernière fois.

SCÈNE V - AGAMEMNON, seul


AGAMEMNON

A de moindres fureurs je n'ai pas dû m'attendre.
Voilà, voilà les cris que je craignais d'entendre.

Heureux si, dans le trouble où flottent mes esprits,

Je n'avais toutefois à craindre que ses cris !

Hélas ! en m'imposant une loi si sévère,

Grands Dieux, me deviez-vous laisser un coeur de père ?

SCÈNE VI - AGAMEMNON, ACHILLE


ACHILLE

Un bruit assez étrange est venu jusqu'à moi,
Seigneur, je l'ai jugé trop peu digne de foi.

On dit, et sans horreur je ne puis le redire,

Qu'aujourd'hui par votre ordre Iphigénie expire,

Que vous-même, étouffant tout sentiment humain,

Vous l'allez à Calchas livrer de votre main.

On dit que sous mon nom à l'autel appelée,

Je ne l'y conduisais que pour être immolée ;

Et que d'un faux hymen nous abusant tous deux,

Vous vouliez me charger d'un emploi si honteux.

Qu'en dites-vous, Seigneur ? Que faut-il que j'en pense ?

Ne ferez-vous pas taire un bruit qui vous offense ?

AGAMEMNON
Seigneur, je ne rends point conte de mes desseins :
Ma fille ignore encor mes ordres souverains ;

Et, quand il sera temps qu'elle en soit informée,

Vous apprendrez son sort, j'en instruirai l'armée.

ACHILLE
Ah ! je sais trop le sort que vous lui réservez.

AGAMEMNON
Pourquoi le demander, puisque vous le savez ?

ACHILLE
Pourquoi je le demande ? O ciel ! le puis-je croire,
Qu'on ose des fureurs avouer la plus noire ?

Vous pensez qu'approuvant vos desseins odieux,

Je vous laisse immoler votre fille à mes yeux ?

Que ma foi, mon amour, mon honneur y consente ?

AGAMEMNON
Mais vous, qui me parlez d'une voix menaçante,
Oubliez-vous ici qui vous interrogez ?

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.