bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Iphigénie en Aulide

Mes ordres par Arcas vous l'avaient demandée.
Qu'attend-elle ? Est-ce vous qui l'avez retardée ?

A mes justes désirs ne vous rendez-vous pas ?

Ne peut-elle à l'autel marcher que sur vos pas ?

Parlez.

CLYTEMNESTRE
S'il faut partir, ma fille est toute prête.
Mais vous, n'avez-vous rien, Seigneur, qui vous arrête ?

AGAMEMNON
Moi, Madame ?

CLYTEMNESTRE
Vos soins ont-ils tout préparé ?

AGAMEMNON
Calchas est prêt, Madame, et l'autel est paré.
J'ai fait ce que m'ordonne un devoir légitime.

CLYTEMNESTRE
Vous ne me parlez point, Seigneur, de la victime.

AGAMEMNON
Que me voulez-vous dire ? et de quel soin jaloux...

SCÈNE IV - IPHIGÉNIE, AGAMEMNON, CLYTEMNESTRE, AEGINE


CLYTEMNESTRE

Venez, venez, ma fille, on n'attend plus que vous,
Venez remercier un père qui vous aime,

Et qui veut à l'autel vous conduire lui-même.

AGAMEMNON
Que vois-je ? Quel discours ? Ma fille, vous pleurez,
Et baissez devant moi vos veux mal assurés.

Quel trouble ! Mais tout pleure, et la fille, et la mère.

Ah ! malheureux Arcas, tu m'as trahi.

IPHIGÉNIE
Mon père,
Cessez de vous troubler, vous n'êtes point trahi.

Quand vous commanderez, vous serez obéi.

Ma vie est votre bien. Vous voulez le reprendre

Vos ordres sans détour pouvaient se faire entendre.

D'un oeil aussi content, d'un coeur aussi soumis,

Que j'acceptais l'époux que vous m'aviez promis,

Je saurai, s'il le faut, victime obéissante,

< page précédente | 36 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.