bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Iphigénie en Aulide

Et votre nom, Seigneur, l'a conduite à la mort.
Ira-t-elle, des Dieux implorant la justice,

Embrasser leurs autels parés pour son supplice ?

Elle n'a que vous seul. Vous êtes en ces lieux

Son père, son époux, son asile, ses Dieux.

Je lis dans vos regards la douleur qui vous presse.

Auprès de votre époux, ma fille, je vous laisse.

Seigneur, daignez m'attendre, et ne la point quitter.

A mon perfide époux je cours me présenter.

Il ne soutiendra point la fureur qui m'anime.

Il faudra que Calchas cherche une autre victime,

Ou si je ne vous puis dérober à leurs coups,

Ma fille, ils pourront bien m'immoler avant vous.

SCÈNE VI - ACHILLE, IPHIGÉNIE


ACHILLE

Madame, je me tais, et demeure immobile.
Est-ce à moi que l'on parle, et connaît-on Achille ?

Une mère pour vous croit devoir me prier ;

Une reine à mes pieds se vient humilier ;

Et, me déshonorant par d'injustes alarmes,

Pour attendrir mon coeur on a recours aux larmes !

Qui doit prendre à vos jours plus d'intérêt que moi ?

Ah ! sans doute on s'en peut reposer sur ma foi.

L'outrage me regarde. Et quoi qu'on entreprenne,

Je réponds d'une vie où j'attache la mienne.

Mais ma juste douleur va plus loin m'engager :

C'est peu de vous défendre, et je cours vous venger,

Et punir à la fois le cruel stratagème

Qui s'ose de mon nom armer contre nous-même.

IPHIGÉNIE
Ah ! demeurez, Seigneur, et daignez m'écouter.

ACHILLE
Quoi ! Madame, un barbare osera m'insulter ?
Il voit que de sa soeur je cours venger l'outrage ;

Il sait que le premier lui donnant mon suffrage,

Je le fis nommer chef de vingt rois ses rivaux ;

Et pour fruit de mes soins, pour fruit de mes travaux,

Pour tout le prix enfin d'une illustre victoire,

Qui le doit enrichir, venger, combler de gloire,

Content et glorieux du nom de votre époux

Je ne lui demandais que l'honneur d'être à vous.

Cependant aujourd'hui, sanguinaire, parjure ;

C'est peu de violer l'amitié, la nature ;

C'est peu que de vouloir, sous un couteau mortel,

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.