bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Britannicus

Ah ! mon prince !

AGRIPPINE
Il expire ?

BURRHUS
Ou plutôt il est mort,
Madame.

JUNIE
Pardonnez, madame, à ce transport.
Je vais le secourir, si je puis, ou le suivre.

SCENE V - AGRIPPINE, BURRHUS


AGRIPPINE

Quel attentat, Burrhus !

BURRHUS
Je n'y pourrai survivre,
Madame, il faut quitter la cour et l'empereur.

AGRIPPINE
Quoi ! du sang de son frère il n'a point eu d'horreur ?

BURRHUS
Ce dessein s'est conduit avec plus de mystère :
A peine l'empereur a vu venir son frère,

Il se lève, il l'embrasse, on se tait, et soudain

César prend le premier une coupe à la main :

"Pour achever ce jour sous de meilleurs auspices,

"Ma main de cette coupe épanche les prémices,

"Dit-il ; dieux, que j'appelle à cette effusion,

"Venez favoriser notre réunion".

Par les mêmes serments Britannicus se lie.

La coupe dans ses mains par Narcisse est remplie ;

Mais ses lèvres à peine en ont touché les bords,

Le fer ne produit point de si puissants efforts,

Madame : la lumière à ses yeux est ravie ;

Il tombe sur son lit sans chaleur et sans vie.

Jugez combien ce coup frappe tous les esprits :

La moitié s'épouvante et sort avec des cris ;

Mais ceux qui de la cour ont un plus long usage

Sur les yeux de César composent leur visage.

Cependant sur son lit il demeure penché,

D'aucun étonnement il ne paraît touché :

"Ce mal dont vous craignez, dit-il, la violence

"A souvent, sans péril, attaqué son enfance."

< page précédente | 50 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.