bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Britannicus

Ai-je pu rassurer mes esprits agités ?
Hélas ! à peine encor je conçois ce miracle.

Quand même à vos bontés, je craindrais quelque obstacle,

Le changement, madame, est commun à la cour ;

Et toujours quelque crainte accompagne l'amour.

AGRIPPINE
Il suffit ; j'ai parlé, tout a changé de face :
Mes soins à vos soupçons ne laissent point de place.

Je réponds d'une paix jurée entre mes mains ;

Néron m'en a donné des gages trop certains.

Ah ! si vous aviez su par combien de caresses

Il m'a renouvelé la foi de ses promesses ;

Par quels embrassements il vient de m'arrêter !

Ses bras, dans nos adieux, ne pouvaient me quitter.

Sa facile bonté, sur son front répandue,

Jusques aux moindres secrets est d'abord descendue :

Il s'épanchait en fils qui vient en liberté

Dans le sein de sa mère oublier sa fierté,

Mais bientôt reprenant un visage sévère,

Tel que d'un empereur qui consulte sa mère,

Sa confidence auguste a mis entre mes mains

Des secrets d'où dépend le destin des humains.

Non, il le faut ici confesser à sa gloire,

Son coeur n'enferme point une malice noire ;

Et nos seuls ennemis, altérant sa bonté,

Abusaient contre nous de sa facilité

Mais enfin, à son tour, leur puissance décline ;

Rome encore une fois va connaître Agrippine ;

Déjà de mon faveur on adore le bruit.

Cependant en ces lieux n'attendons pas la nuit :

Passons chez Octavie, et donnons-lui le reste

D'un jour autant heureux que je l'ai cru funeste.

Mais qu'est-ce que j'entends ! Quel tumulte confus :

Que peut-on faire ?

JUNIE
O ciel ! sauvez Britannicus !

SCENE IV - AGRIPPINE, JUNIE, BURRHUS


AGRIPPINE

Burrhus, où courrez-vous ? Arrêtez. Que veut dire...

BURRHUS
Madame, c'en est fait, Britannicus expire.

JUNIE

< page précédente | 49 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.