bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Britannicus

Quoi, madame ! en un jour où plein de sa grandeur
Néron croit éblouir vos yeux de sa splendeur,

Dans des lieux où chacun me fuit et le révère,

Aux pompes de sa cour préférer ma misère !

Quoi ! dans ce même jour et dans ces mêmes lieux

Refuser un empire, et pleurer à mes yeux !

Mais, madame, arrêtez ces précieuses larmes :

Mon retour va bientôt dissiper vos alarmes.

Je me rendrais suspect par un plus long séjour :

Adieu. Je vais, le coeur tout plein de mon amour,

Au milieu des transports d'une aveugle jeunesse,

Ne voir, n'entretenir que ma belle princesse.

Adieu.

JUNIE
Prince...

BRITANNICUS
On m'attend, madame, il faut partir.

JUNIE
Mais du moins attendez qu'on vous vienne avertir.

SCENE II - AGRIPPINE, BRITANNICUS, JUNIE


AGRIPPINE

Prince, que tardez-vous ? Partez en diligence.
Néron impatient se plaint de votre absence.

La joie et le plaisir de tous les conviés

Attend, pour éclater, que vous vous embrassiez.

Ne faites point languir une si juste envie ;

Allez. Et nous, madame, allons chez Octavie.

BRITANNICUS
Allez, belle Junie ; et, d'un esprit content,
Hâtez-vous d'embrasser ma soeur qui vous attend.

(S'adressant à Agrippine)

Dès que je le pourrai, je reviens sur vos traces,

Madame ; et de vos soins j'irai vous rendre grâces.

SCENE III - AGRIPPINE, JUNIE


AGRIPPINE

Madame, ou je me trompe, ou durant vos adieux,
Quelques pleurs répandus ont obscurci vos yeux.

Puis-je savoir quel trouble a formé ce nuage ?

Doutez-vous d'une paix dont je fais mon ouvrage ?

JUNIE
Après tous les ennuis que ce jour m'a coûtés,

< page précédente | 48 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.