bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Britannicus

NARCISSE
Seigneur, en ce moment
Elle reçoit les voeux de son nouvel amant.

BRITANNICUS
Eh bien ! Narcisse, allons. Mais que vois-je ? C'est elle.

NARCISSE
Ah ! dieux ! A l'empereur portons cette nouvelle.

SCENE VII - BRITANNICUS, JUNIE


JUNIE

Retirez-vous, Seigneur, et fuyez un courroux
Que ma persévérance allume contre vous.

Néron est irrité. Je me suis échappée

Tandis qu'à l'arrêter sa mère est occupée.

Adieu ; réservez-vous, sans blesser mon amour,

Au plaisir de me voir justifier un jour.

Votre image sans cesse est présente à mon âme :

Rien ne l'en peut bannir.

BRITANNICUS
Je vous entends, madame,
Vous voulez que ma fuite assure vos désirs,

Que je laisse un champ libre à vos nouveaux soupirs.

Sans doute, en me voyant, une pudeur secrète

Ne vous laisse goûter qu'une joie inquiète.

Eh bien ! Il faut partir !

JUNIE
Seigneur, sans m'imputer...

BRITANNICUS
Ah ! vous deviez au moins longtemps disputer.
Je ne murmure point qu'une amitié commune

Se range du parti que flatte la fortune ;

Que l'éclat d'un empire ait pu vous éblouir ;

Qu'aux dépens de ma soeur vous en vouliez jouir ;

Mais que, de ces grandeurs comme une autre occupée,

Vous m'en ayez paru si longtemps détrompée ;

Non, je l'avoue encor, mon coeur désespéré

Contre ce seul malheur n'était point préparé.

J'ai vu sur ma ruine élever l'injustice ;

De mes persécuteurs j'ai vu le ciel complice ;

Tant d'horreurs n'avaient point épuisé son courroux,

Madame ; il me restait d'être oublié de vous.

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.