bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Britannicus

Mais je ne prétends plus ignorer ni souffrir
Le ministre insolent qui les ose nourrir.

Pallas de ses conseils empoisonne ma mère ;

Il séduit, chaque jour, Britannicus mon frère ;

Ils l'écoutent lui seul : et qui suivrait leurs pas,

Les trouverait peut-être assemblés chez Pallas.

C'en est trop. De tous deux il faut que je l'écarte.

Pour la dernière fois, qu'il s'éloigne, qu'il parte ;

Je le veux, je l'ordonne, et que la fin du jour

Ne le retrouve plus dans Rome ou dans ma cour.

Allez : cet ordre importe au salut de l'empire.

Vous, Narcisse, approchez.

(Aux gardes)

Et vous, qu'on se retire.

SCENE II - NERON, NARCISSE


NARCISSE

Grâces aux dieux, Seigneur, Junie entre vos mains
Vous assure aujourd'hui le reste des Romains.

Vos ennemis, déchus de leur vaine espérance,

Sont allés chez Pallas pleurer leur impuissance.

Mais que vois-je ? Vous-même, inquiet, étonné,

Plus que Britannicus paraissez consterné.

Que présage à mes yeux cette tristesse obscure,

Et ces sombres regards errant à l'aventure ?

Tout vous rit : la fortune obéit à vos voeux.

NÉRON
Narcisse, c'en est fait, Néron est amoureux.

NARCISSE
Vous !

NÉRON
Depuis un moment ; mais pour toute ma vie,
J'aime, que dis-je aimer, j'idolâtre Junie.

NARCISSE
Vous l'aimez !

NÉRON
Excité d'un désir curieux,
Cette nuit je l'ai vue arriver en ces lieux,

Triste, levant au ciel ses yeux mouillés de larmes,

Qui brillaient au travers des flambeaux et des armes,

Belle, sans ornement, dans le simple appareil

D'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil.

< page précédente | 12 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.